Privatisation des amendes de stationnement : 260.000 verbalisations en janvier à Paris

Privatisation des amendes de stationnement : 260.000 verbalisations en janvier à Paris

TRANSPORTS - Dans une interview au JDD ce 4 février, Anne Hidalgo dresse un premier bilan de la délégation à deux prestataires privés du contrôle du stationnement à Paris depuis le 1er janvier. Alors que certains utilisateurs dénoncent des dysfonctionnements, la maire de Paris indique que le taux de paiement des places de stationnement a bondi de dix points.

Pour la ville de Paris, c'était un manque à gagner de 300 millions d'euros par an. Ce 4 février, selon un premier bilan dressé dans le JDD par la maire de la capitale, Anne Hidalgo, la privatisation du contrôle du stationnement et la hausse radicale du montant des amendes - renommées "forfaits post-stationnement"  (de 35 ou 50 euros selon les quartiers, contre 17 euros auparavant) commence à porter ses fruits, un mois après la mise en place du nouveau système. Depuis le 1er janvier, 260.000 contraventions ont déjà été délivrées par les deux prestataires, Streeteo et Moovia. 

Dans un entretien à l'hebdomadaire, la maire de Paris se félicite des premiers effets constatés sur les automobilistes, à savoir "une augmentation du paiement de dix points". Le taux de "respect" serait ainsi passé de 7% en janvier 2017 à 17% en janvier 2018. Alors que des utilisateurs font remonter des dysfonctionnements (verbalisations à tort, paiement d'un "forfait post-stationnement" non pris en compte...), Anne Hidalgo indique que seules 3% des contraventions délivrées en janvier "ont été contestées". "Un recours très bas qui démontre que les entreprises en charge des contrôles sont rigoureuses dans leur travail", conclut-elle. 

Toute l'info sur

Les berges de Seine sans voiture : la polémique à Paris

Lire aussi

"Baisse record du trafic automobile"

Anne Hidalgo assure également que ce changement aurait déjà eu un effet sur la circulation automobile. "25% des embouteillages à Paris étaient liés à des automobilistes qui cherchaient vraiment à se garer [...] Aujourd'hui, comme le stationnement est devenu 'vraiment' payant, il y a davantage de rotation et on trouve une place plus rapidement. De plus, maintenant que les gens savent qu'ils ne peuvent plus se garer gratuitement sans être sanctionnés, certains renoncent à venir en voiture et privilégient les transports en commun". 

La maire de Paris donne un bilan chiffré de la circulation automobile à Paris en 2017, assurant que "le nombre de voitures en circulation a diminué de 4.8% l'an passé", "une baisse record", et que cette baisse s'est poursuivie en janvier 2018, avec 4.5% de véhicules en moins. "La circulation se fluidifie", conclue-t-elle. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination en ville : on vous explique la colère de médecins généralistes contre la DGS

Les Américains vaccinés peuvent se réunir sans masque : la mise au point du Dr Gérald Kierzek

EN DIRECT - Covid-19 : l'académie de médecine favorable à la vaccination obligatoire des soignants

"C’est trop tard pour les nominations aux Oscars ?" : les tabloïds étrillent Meghan et Harry

Zanzibar : cette destination paradisiaque où les restrictions sanitaires n'existent pas

Lire et commenter