Carburants : Macron assume la hausse des taxes mais veut venir en aide aux Français les plus modestes

Politique
ARGENT - Alors que la colère gronde contre la hausse des prix de l’essence et du diesel, Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 6 novembre sur Europe 1 un geste envers les plus modestes. Il souhaite regarder "comment améliorer le chèque énergie" et l’extension à l’ensemble de la France de la défiscalisation de l’aide au transport mise en place par la région Hauts-de-France.

Le coup de pouce d'Emmanuel Macron aux automobilistes les plus modestes sera-t-il suffisant pour atténuer la grogne qui monte dans le pays face à la hausse des prix des carburants ? Ce mardi 6 novembre sur Europe 1, le chef de l'Etat a notamment annoncé son souhait de voir étendue la défiscalisation des aides au transport. 


Pour les Français qui doivent prendre leur voiture quotidiennement pour aller travailler à 30 ou 40 kilomètres de chez eux, Emmanuel Macron souhaite s’inspirer de ce qui a déjà été mis en place dans la région Hauts-de-France, où les habitants peuvent bénéficier d’une aide de 20 euros par mois s’ils ont à faire 30 kilomètres ou plus tous les jours pour se rendre sur leur lieu de travail. 

"C’est une bonne philosophie, et d’ailleurs le gouvernement l’a accompagnée parce que cette aide sera défiscalisée", a expliqué le président de la République. "Je souhaite qu’on généralise tout cela. Il faut qu’on soit dans un mode d’indemnités kilométriques. Il faut travailler avec les collectivités locales, les employeurs, intelligemment pour aider ces gens-là" a-t-il ajouté. 


L'association des régions de France a réagi, estimant que c'était "à l'Etat de mettre en place les mesures d'aides ciblées face à la hausse du coût du carburant". "Cette annonce est très surprenante puisqu'elle revient à demander aux régions de payer alors que c'est l'Etat qui perçoit les recettes liées à la contribution climat énergie. Elle contrevient par ailleurs à l’obligation faite aux Régions de ne pas augmenter leurs dépenses de fonctionnement. Enfin la mesure de défiscalisation sera sans impact réel puisque les ménages concernés sont pour l’essentiel non imposables" a expliqué l'association dans un communiqué.


Emmanuel Macron a également annoncé une amélioration du chèque énergie. "Pour se chauffer, quand ils ne peuvent pas changer de chaudière, qu’ils n’ont pas d’autres options, il faut qu’on regarde comment améliorer le chèque énergie parce qu’on ne peut pas laisser des gens, alors que l’hiver commence, dans une situation où leur pouvoir d’achat ne permet pas de se chauffer dignement." 


Créé pour remplacer les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz, ce chèque sera porté en 2019 à 200 euros par an en moyenne, contre 150 euros cette année. Il est versé à environ 3,7 millions de ménages en situation de précarité.

On doit davantage taxer ce qui pollue."Emmanuel Macron

Avant d'annoncer ces coups de pouce, le chef de l'Etat a tenu à défendre le choix du gouvernement d’augmenter les taxes sur le diesel "pour réduire l’écart avec le sans plomb, parce qu’il ne se justifie plus". Selon lui le gouvernement "va dans la bonne direction. On doit moins taxer le travail, ce qui est le cas (…) et on doit davantage taxer ce qui pollue". Il a aussi expliqué que si le prix augmentait c’était "à 70 ou 80% à cause des cours mondiaux". "Quand ça monte, plus de trois quarts de l’explication ce n’est pas les taxes, c’est le reste du monde".

Concernant l’appel à bloquer les routes le 17 novembre pour protester contre la hausse du prix du diesel, le président de la République s’est dit "méfiant sur ces grands appels à la mobilisation pour tout bloquer". "Parce que généralement derrière on trouve un peu tout et n’importe quoi, des choses qui n’ont rien à voir ensemble et des gens qui n’ont pas beaucoup de projets pour le pays, si ce n’est de le mettre à l’arrêt" a-t-il ajouté.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Carburants : la colère des gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter