Prix des carburants : que proposent les candidats à la présidentielle ?

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse en janvier 2019.

POUVOIR D'ACHAT - Le gouvernement devrait faire rapidement des annonces en faveur des ménages modestes impactés par la hausse du prix des carburants. De leur côté, que proposent les candidats à la présidentielle ?

Que faire pour contenir la hausse des prix des carburants, ou soulager les ménages devant en supporter le coût ? Le gouvernement réfléchit à la question et devrait faire des annonces "dans les tout prochains jours", a confirmé son porte-parole ce mercredi à l'issue du Conseil des ministres. En attendant, quelles idées et propositions formulent les candidats à la présidentielle ?

Toute l'info sur

Élection présidentielle 2022

Du côté des candidats LR, Michel Barnier s'est prononcé pour une baisse temporaire des taxes sur l'énergie. Alors qu'une telle mesure concernerait indistinctement ménages modestes et plus aisés, l'ex-ministre a estimé que "dans l'urgence il faut prendre des mesures simples" et visibles. Valérie Pécresse a elle mis en garde contre "une baisse générale des taxes, car si jamais les prix baissent, on ne la récupèrera jamais et ça va être un coût énorme pour quelques centimes de moins au litre". Elle a admis qu'"il (fallait) sans doute" donner "temporairement" un chèque carburant pour "aider les plus défavorisés". Elle regrette également que le relèvement du plafond du forfait kilométrique pris en charge par l'employeur ne soit pas possible.

Xavier Bertrand, également candidat à l'investiture LR, se vante du chèque carburant de 20 euros par mois qu'il a mis en place dans sa région des Hauts-de-France pour quelque 50.000 automobilistes. Également candidats, Eric Ciotti s'est dit sur LCI "pour la baisse de la fiscalité" et contre "la logique du chéquier ouvert", comme Philippe Juvin sur CNews, pour qui baisser les taxes est "simple, efficace, rapide". Plus à droite, Marine Le Pen défend une baisse de la TVA de 20 à 5,5%.

Lire aussi

Mélenchon veut bloquer les prix

A gauche, la socialiste Anne Hidalgo souhaite elle aussi baisser les taxes. "Des solutions de chèques sont des solutions temporaires, mais je pense que la plus efficace, c'est quand même de jouer sur les taxes", a-t-elle déclaré mardi sur LCI. Elle propose de passer la TVA sur l'essence à 5,5% au moins les six prochains mois. 

Le candidat écologiste Yannick Jadot propose des chèques énergie de 400 euros pour les foyers les plus modestes et de 100 euros pour les classes moyennes. Il estime que 16 millions de Français pourraient bénéficier de ce dispositif. Jean-Luc Mélenchon préfère "bloquer les prix", "au prix d’avant le déclenchement de la crise", tout en taxant les bénéfices des groupes pétroliers. 

Toujours à gauche, le communiste Fabien Roussel, qui appelle à des mobilisations devant les préfectures en faveur du pouvoir d'achat, réclame notamment de "baisser de 50 centimes le prix à la pompe". Il s'est également prononcé en faveur d'une "taxe flottante"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 - Variant Omicron : la plupart des cas sont "légers", selon l'agence européenne des médicaments

EN DIRECT - Conférence de presse d'Emmanuel Macron : suivez notre édition spéciale

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

Le variant Omicron semble avoir un taux de réinfection plus élevé, prévient l'OMS

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.