"L'obscurantisme ne passera pas" : Emmanuel Macron rend hommage au professeur décapité

"L'obscurantisme ne passera pas" : Emmanuel Macron rend hommage au professeur décapité

ATTENTAT - Emmanuel Macron s'est rendu vendredi soir à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) pour rencontrer la communauté scolaire sous le choc après l'assassinat d'un professeur d'histoire de collège.

"Ils ne passeront pas, ils ne nous diviseront pas." Emmanuel Macron s'est exprimé vendredi soir, quelques heures après l'assassinat d'un professeur d'histoire du collège Bois d'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), décapité par un individu neutralisé quelques minutes plus tard par les forces de l'ordre. Il a qualifié l'assassinat "d'acte terroriste islamiste".

Le chef de l'Etat s'était rendu auparavant auprès de l'équipe du collège, sous le choc, pour lui apporter son soutien, accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, rentré en urgence d'un déplacement officiel au Maroc. 

"Nos policiers, nos gendarmes, nos forces de renseignement, ceux qui tiennent la République, les magistrats, les élus, les enseignants, nous ferons blocs. Ils ne passeront pas. L’obscurantisme ne passera pas. Ils ne nous diviseront pas, c’est ce qu’ils cherchent", a martelé le chef de l'Etat.

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Attentat islamiste contre Samuel Paty : suivez les dernières informations

"Assassiné parce qu'il apprenait la liberté d'expression"

"Un de nos concitoyens a été assassiné aujourd'hui parce qu’il enseignait, parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d’expression", a déclaré le chef de l'État "Notre compatriotes a été lâchement assassiné, victime d’un attentat islamiste caractérisé. Ce soir je veux avoir une pensée pour l’ensemble de ses proches, ses collègues."

Lire aussi

Emmanuel Macron a également adressé son "soutien" à la proviseure du collège et à ses équipes, évoquant "des pressions" qu'elle aurait subies au cours de la semaine écoulée. On sait pour l'heure que l'enseignant aurait été critiqué par certains parents pour avoir montré une caricature de Mahomet afin d'illustrer son cours sur la liberté d'expression. 

"Je veux dire ce soir a tous les enseignants de France que nous sommes avec eux, nous serons là pour les protéger, les défendre, leur permettre de faire leur métier qui est le plus beau de tous", a ajouté le président pour qui "ce n'est pas un hasard si c'est un enseignant qui a été visé". "Cette bataille est la nôtre, elle est existentielle." 

"J’appelle l’ensemble de nos compatriotes à faire bloc, à se montrer unis", a-t-il conclu au cours de cette brève intervention. "Cette unité est indispensable. Les actes sont là et seront là, avec fermeté, rapides. Vous pouvez compter sur ma détermination." 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Limiter les interactions sociales", vaccination des 5-11 ans... les annonces pour faire face à la 5e vague

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Protocole sanitaire de niveau 3 à l'école primaire : ce que ça change

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.