Profilage des radicalisés, suivi des sortants de prison... Édouard Philippe muscle la lutte antiterroriste

Profilage des radicalisés, suivi des sortants de prison... Édouard Philippe muscle la lutte antiterroriste

Politique
DirectLCI
TERRORISME - Le Premier ministre Edouard Philippe se rend ce vendredi matin au siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour dévoiler un nouveau plan d'action contre le terrorisme. Selon nos informations, la création d’une cellule de profilage des auteurs d’actes terroristes et celle d'une unité de suivi des détenus en fin de peine seront notamment annoncées.

C'est le pendant du dispositif de prévention de la radicalisation qu'il avait présenté le 23 février dernier. Edouard Philippe doit dévoiler ce vendredi matin, dans un discours prévu à 10 heures au  siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), un nouveau plan d'action contre le terrorisme. Le Premier ministre, qui passera une partie de la matinée à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans les locaux de la DGSI, sera accompagné du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, de la ministre de la Justice Nicole Belloubet, du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et de la ministre aux Armées Florence Parly.

Ce plan, centré sur les prisons mais qui ciblera également l'éducation, les services publics et internet, regroupera 32 mesures. Parmi elles, selon les informations recueillies par LCI dans l'entourage de Matignon, figurera notamment le pilotage opérationnel de la lutte anti-terroriste par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). C'est en effet cette dernière qui assurera désormais la coordination opérationnelle du renseignement, des investigations judiciaires sous l’autorité des magistrats, et des stratégies de coopération nationale et internationale du ministère de l’Intérieur en matière antiterroriste. 


Autre mesure : la création d’une cellule interservices de "profilage des auteurs d’actes terroristes et d’identifications des facteurs de passage à l’acte". Elle sera chargée de conduire un travail sur les caractéristiques communes aux auteurs d’attentats ou de tentatives d’attentats pour dégager des critères objectifs de dangerosité chez les individus radicalisés.

246 personnes tuées dans des attentats en France depuis 2015

Une troisième mesure, selon nos informations, vise à mettre en place une unité permanente de suivi des détenus terroristes ou détenus de droit commun radicalisés en fin de peine. Créée au sein de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT), elle associera des agents du renseignement pénitentiaire.


Depuis 2015, 246 personnes ont été tuées dans des attentats sur le territoire français. Ce nouveau plan antiterroriste constitue le troisième exercice du genre, après le plan de lutte antiterroriste (PLAT) en 2014 et le plan d'action contre la radicalisation et le terrorisme (PART) en 2016. Depuis son arrivée au pouvoir il y a un peu plus d'un an, le nouvel exécutif a de son côté renforcé l'arsenal antiterroriste, avec la loi controversée renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT) promulguée à l'automne 2017.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter