Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, l'évaluation annuelle des ministres commence mardi

DirectLCI
ENTRETIEN ANNUEL - Les ministres du gouvernement sont reçus par le chef du gouvernement à partir de mardi pour évaluer leur première année d'action. Un bilan qui avait été promis par Emmanuel Macron durant la campagne, mais qu'Edouard Philippe a tenu à dégoupiller lundi.

Une évaluation, certes, mais pas un conseil de discipline. Edouard Philippe s'est employé à désamorcer le sens des entretiens qu'il va passer avec ses ministres à partir de mardi, et durant le mois de juillet. 


"Quand on est ministre, on a un travail prenant, on a le nez dans le guidon", a expliqué le Premier ministre lundi matin sur RTL. "On bosse, c'est très bien, mais on a parfois besoin de lever le nez, de se demander ce qui se passe de bien ou de pas bien." 

En vidéo

Edouard Philippe : "Une petite conversation les yeux dans les yeux avec les ministres"

Le chef du gouvernement, qui commencera la série d'entretiens mardi avec le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, l'assure : pour l'heure, il n'est pas question de brandir la menace d'un remaniement ministériel. "Je veux avoir une petite conversation les yeux dans les yeux avec les ministres pour savoir comment on peut améliorer l'action collective." Et de conclure : "Je ne suis pas dans la sanction, je suis dans l'amélioration".


En mai, le locataire de Matignon avait expliqué que l'entrevue devait permettre de faire "le bilan de l'avancement de la feuille de route" fixée à chaque ministre, "vérifier ce qui a été engagé et étudier la suite", quand bien même l'évaluation d'un ministre est en réalité faite toute l'année. 

Engagement présidentiel

Ce premier rendez-vous annuel des ministres, forme politique de l'entretien annuel d'évaluation qui existe chez les salariés, était un engagement de campagne d'Emmanuel Macron. "Ils auront une feuille de route, des objectifs et une évaluation politique", avait promis le candidat en mars 2017. "Et je ne les maintiendrai pas s’ils ne le font pas", avait précisé le candidat, laissant clairement ouverte la porte à des remaniements. 


Les ministres, ainsi que les secrétaires d'Etat directement rattachés au Premier ministre, viendront donc présenter le bilan de la première année de réformes, autour de trois critères, "exemplarité", "collégialité" et "efficacité". Si des ministres ont pu faire parfois entendre leurs différences sur certains sujets, comme Gérard Collomb et Jacques Mézard sur la limitation à 80 km/h ou Nicolas Hulot sur les états généraux de l'alimentation et le glyphosate, la première année au sein de l'exécutif n'a pas été marquée par des "couacs" retentissants. Ce qui n'a pas empêché certaines rumeurs de remaniement de voir le jour à l'approche de ces entretiens, notamment à propos du ministre de la Transition écologique. Rumeurs qui ont, jusqu'ici, été systématiquement écartées par le couple exécutif. 

"Plan de transformation ministériel"

 Lors de ces entretiens, les ministres doivent notamment présenter "un plan de transformation ministériel pour 2018-2022", que le Premier ministre leur avait demandé de préparer début juin. "L'objectif de ce plan est de sécuriser la mise en oeuvre opérationnelle des transformations engagées par votre ministère. Il doit couvrir vos principales réformes déjà engagées, celles qui seront décidées à la suite de la remise du rapport 'action publique 2022', ainsi que les principales mesures de vos projets à venir", expliquait-il. Il doit notamment comprendre les différentes réformes et les impacts attendus, le calendrier et les indicateurs de suivis, ainsi que les moyens et équipes mis en oeuvre. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter