Proportionnelle à l'Assemblée : Hollande enterre sa promesse en douceur

Proportionnelle à l'Assemblée : Hollande enterre sa promesse en douceur

DirectLCI
ENGAGEMENT NUMÉRO 48 - Selon Europe 1, François Hollande n'envisage plus du tout d'introduire une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale au lendemain des élections régionales. Il s'y était pourtant engagé fermement en 2012.

Une nouvelle promesse enterrée. Selon Europe 1, au lendemain d'élections régionales où la gauche est parvenue à conserver 5 régions, François Hollande n'est plus chaud du tout pour introduire une part de proportionnelle à l'Assemblée nationale. Ni proportionnelle intégrale, ni même une simple "dose", comme l'y avait exhorté la commission Jospin en 2012.

D'après la radio, le Président a fait ses calculs. Si la proportionnelle était mise en œuvre en 2017, "ce ne serait pas les 35 députés FN de 1986 que vous auriez, mais bien une centaine d'élus frontistes", estime le chef de l'Etat, selon des propos rapportés par Europe 1 . De plus, la proportionnelle, qui permet de favoriser les petits partis, pourrait donner des ailes aux écologistes, voire les inciter à présenter un candidat à la présidentielle. Or, avec une gauche dispersée au premier tour, François Hollande a toutes les chances de ne pas figurer au second.

Engagement de campagne

Le Président souhaiterait plutôt, selon la radio, une réintégration au gouvernement des écologistes, qui ont claqué la porte à la nomination de Manuel Valls comme Premier ministre en 2014. Mais comme cette réintégration n'est pas évidente, il serait question de plancher sur un projet commun avec les Verts, un programme écologique qui serait à la base d'un accord électoral.

François Hollande avait promis, en 2012, l'introduction "d'une part de proportionnelle à l'Assemblée nationale" dans son engagement numéro 48 . Il avait réitéré cette promesse dans une lettre à François Bayrou, le patron du Modem, qui lui avait apporté son soutien au second tour contre Nicolas Sarkozy. Jeudi matin, sur RMC , François Bayrou a martelé son attachement à la proportionnelle, estimant que "les deux grandes forces politiques actuelles ne veulent rien changer", alors qu'il est "vital que nous ayons la constitution d'une force autour de ceux qui veulent que ça change". Le centriste a également plaidé pour que le FN, compte tenu de ses succès électoraux, soit mieux représenté.

À LIRE AUSSI
>> Sondage : les Français favorables à la proportionnelle pour les législatives

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter