VIDÉO - Jean-François Copé sur Laurent Wauquiez : "Il était de ceux qui poignardaient le plus fort"

DirectLCI
RÉACTION – Invité du "Live Politique" ce dimanche sur LCI, Jean-François Copé a notamment donné son sentiment sur les propos polémiques de Laurent Wauquiez devant des étudiants de l’EM Lyon. "La forme est terriblement violente, malheureusement, mais, surtout, le fond est terrible", a estimé le maire de Meaux.

"On ne pourra pas continuer longtemps comme ça." Invité du "Live Politique" de Christophe Jakubyszyn ce dimanche sur LCI, l’ancien patron de l’UMP, Jean-François Copé, a notamment réagi aux propos polémiques de son successeur à la tête des Républicains, Laurent Wauquiez, devant des étudiants de l’EM Lyon. Propos dans lesquels ce dernier n’hésitait pas à dézinguer à tout va, de Gérald Darmanin à Valérie Pécresse, en passant par Nicolas Sarkozy. 

"La forme est terriblement violente, malheureusement, mais, surtout, le fond est terrible. On y voit beaucoup de haine, à l’égard de Valérie (Pécresse) par exemple ou de Nicolas Sarkozy", a expliqué le maire de Meaux. "Accuser le président de la République d’avoir écouté ses ministres, ça pourrait relever de la haute trahison sur le plan juridique. (…) C’est une accusation d’une très grande violence." 

On ne pourra pas continuer avec quelqu’un dont l’objectif est de poignarder systématiquementJean-François Copé sur LCI

Fustigeant l’isolement de Laurent Wauquiez et les divisions internes qu’il provoquerait au sein de la droite, Jean-François Copé a ensuite évoqué le passé pour souligner sa désapprobation des méthodes du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. "Il était de ceux qui poignardaient le plus fort" au moment de l’affaire Bygmalion, a insisté l’ancien député de Seine-et-Marne, rappelant qu’il avait finalement été blanchi dans ce dossier.  

En vidéo

VIDÉO - Laurent Wauquiez assume ses propos, sauf ceux sur Sarkozy

"Je ne suis pas sûr d’avoir envie de commenter plus longtemps quelque chose qui ne le mérite pas. Mais on ne pourra pas continuer longtemps comme ça", a poursuivi Jean-François Copé. "On ne pourra pas continuer avec quelqu’un, à la tête des Républicains, dont l’objectif est de poignarder systématiquement tout ce qui, de près ou de loin, pourrait incarner un début de forme de concurrence."  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le Live Politique

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter