PS, UMP, FN : où en sont les adhésions ?

Politique

PARTIS - Des fuites dans la presse font état d'une baisse des adhésions au Parti socialiste. L'occasion de faire le point sur l'état des troupes aux dernières élections directes, les européennes : FN, UMP et PS.

PS : "Un ralentissement au premier semestre"
"Au Parti socialiste, on relève les compteurs à la fin de l'année". En une phrase, les cadres du Parti socialiste renvoient celui qui cherche son nombre d'adhérents au dernier bilan connu, 170.000, datant du 31 décembre 2013. Quant aux "300.000" évoqués en avril par le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, il s'agissait du "fichier large" du parti, qui reçoit ses newsletters notamment, et non des adhérents. Si le PS admet que les mauvais résultats électoraux et les divisions internes ont ralenti le rythme d'adhésions au premier semestre, il réfute en revanche le chiffre sorti dans la presse ce jeudi , évoquant une perspective de -50%, voire -60% à la fin de l'année. "Lors de notre bilan d'étape le 31 juillet, nous n'avions effectivement atteint que 35% de notre objectif annuel de recettes (2,3 millions d'euros, ndlr)", reconnaît pour metronews le secrétaire national à la trésorerie, Jean-François Debat. "Mais les cotisations des adhérents ne suivent pas un cycle linéaire et la dynamique militante n'est pas mauvaise, au contraire, et va s'accélérer notamment avec les états généraux", corrige-t-il.

EN SAVOIR + >> Baisse des adhésions chez les socialistes ? Le PS s'explique


UMP : "une tendance favorable"
Si, comme le PS, l'UMP ne fait ses comptes qu'à la fin de l'année, le parti accepte néanmoins de faire un bilan d'étape. "Au 30 juin, nous étions à 51.502 adhésions de plus qu'à la même période en 2013, dont près de 30.000 nouvelles adhésions", nous indique précisément un cadre du parti. Qui se félicite donc d'une "tendance favorable, par rapport à 2013 qui était déjà une bonne année". Ainsi, au 31 décembre dernier, l'UMP revendiquait-elle environ 230.000 adhérents. "Ce sont des chiffres comparables à 2010, autre année de mi-mandat, quand les partis reprennent un rythme de croisière après les années fastes des élections présidentielles", relève-t-on. Résultat des courses, contrairement au PS, le principal parti de droite affirme avoir déjà collecté au cours du premier semestre 96% des recettes prévisionnelles de cotisations, sur un objectif d'un peu moins de 5 millions d'euros. Pour l'expliquer, il met en avant un résultat plutôt favorable aux municipales et la perspective du congrès. Récemment, l'entrée en course de Nicolas Sarkozy aurait ainsi provoqué une accélération du rythme des adhésions.

FN : "Un rythme assez important"
Au Front national, le service des adhésions se frotte les mains. "Lundi dernier, nous comptions 83.000 adhérents à jour de cotisation", se félicite un cadre du parti. Qui fait état d'un rythme assez important, bien que deux fois inférieur à celui affiché par l'UMP ces dernières semaines : "Environ 250 par jour". " Les sénatoriales ont beaucoup contribué à susciter cette dynamique", analyse-t-on, en regardant avec gourmandise venir la prochaine période électorale, dès le début de l'année prochaine, en vue des départementales prévues en mars.

Lire et commenter