"Qu'ils aillent manifester en Pologne" : mais pourquoi Emmanuel Macron a-t-il dit ça ?

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

POLÉMIQUE - Plusieurs responsables politiques et nombre d'internautes estiment que cette sortie d'Emmanuel Macron appelant la jeunesse à aller "manifester en Pologne" n'est autre qu'une nouvelle et énième phrase maladroite d'un président hors-sol, voire une forme de mépris. D'autres en revanche appellent à prendre connaissance du contexte, en référence à l'opposition de la Pologne à un objectif commun de neutralité carbone des pays de l'Union Européenne.

"Qu’ils aillent manifester en Pologne !" Cette phrase d'Emmanuel Macron à l'intention des jeunes lycéens mobilisés pour le climat, retranscrite dans les colonnes du Parisien ce lundi 23 septembre, a été largement reprise sur les réseaux sociaux. Et sortie de son contexte. D'abord taxé de mépris par plusieurs responsables politiques de l'opposition, le président de la République a ensuite été visé par de nombreux tweets taclant son manque de tact. Des critiques qui ont d'ailleurs permis de maintenir le hashtag #Pologne dans les "Tendances Twitter" pendant plusieurs heures.

Mais qu’à voulu dire Emmanuel Macron par cette diatribe ? Selon la suite de l’interview, il tentait de faire appel "à la mobilisation générale" pour débloquer une situation au niveau européen, déclarant notamment : "Défiler tous les vendredis pour dire que la planète brûle, c'est sympathique, mais ce n'est pas le problème" ou encore "Qu'on vienne m'aider à faire bouger ceux que je n'arrive pas à faire évoluer !" Une référence à la décision de la Pologne de s’opposer à l'inscription de l'objectif "neutralité carbone en 2050" à l'agenda de l'Union européenne.

Les objectifs de l’UE bloqués par la Pologne

L'UE s'est déjà engagée à une réduction des émissions de dioxyde de carbone de 40% d'ici 2030, par rapport à 1990. Selon la Commission européenne, l'objectif sera dépassé et pourrait atteindre les 50%. La présidente de la Commission, l'Allemande Ursula von der Leyen, voudrait donc aller plus loin et faire adopter l'année prochaine par les Etats membres l'objectif de la "neutralité carbone d'ici 2050", qui engagerait les pays signataire à avoir un taux d'émissions de carbone égal à zéro. 

Pour cela, ils leur faut déjà réduire au maximum leurs émissions, puis compenser celles restantes, en replantant des arbres pour absorber le carbone par exemple. Un objectif qui, en 2015, était considéré comme trop radical pour être inclus dans l'accord de Paris mais qui est depuis revenu dans le débat, à la faveur des études des experts du GIEC. Etudes dont les résultats soulignent l’urgence d’agir pour contenir le réchauffement climatique. 

Lire aussi

Ce lundi 23 septembre, lors de l'ouverture d'un sommet sur le climat en présence de nombreux dirigeants mondiaux, l'ONU a annoncé que 66 Etats adhéraient désormais à l'objectif d'une neutralité carbone d'ici 2050. Or si certains pays européens en font partie, l'UE peine à faire accepter cet objectif par ses 28 adhérents. Les 20 et 21 juin dernier à Bruxelles, quatre Etats se sont ainsi opposés à cet engagement commun. Aux côtés de la Pologne, l’Estonie, la Hongrie et la République Tchèque ont également posé leur veto. Or, selon Emmanuel Macron, le meneur de cette opposition serait Andrzej Duda, le chef d'Etat polonais. "La vérité, c'est qu'il y en a un qui bloque tout, c'est la Pologne", a fait valoir le président français.

L'ambassade de Pologne répond à Macron

Malgré les réponses de certains représentants LaREM appelant les internautes à prendre connaissance du contexte entourant la sortie d'Emmanuel Macron, la polémique a continué d'enfler tout au long de la journée. Assez en tout cas pour que l'ambassade de Pologne réagisse. "La Pologne est l’un des rares pays de l’UE qui, avec un développement économique aussi dynamique (actuellement en moyenne 5% par an), a considérablement réduit ses émissions de CO2 entre 1988 et 2017 (environ 30%). Nous souhaitons à nos partenaires des résultats similaires !", a-t-elle ironisé sur Twitter.

Dans un second tweet, l'ambassade a aussi rappelé que "la Pologne a organisé la COP24 et en adoptant le 'rulebook' de Katowice a permis à l’Accord de Paris de fonctionner". 

Lire et commenter