Quand Gattaz compare les méthodes de la CGT à une "dictature stalinienne"

Politique
POLEMIQUE - Dans une interview accordée au "Monde", le président du Medef a estimé que des "minorités" se comportaient comme des "terroristes" et que les méthodes de la CGT avait tout d'une "dictature stalinienne". Des propos qui lui ont valu les plus vives critiques de la part d'une partie de la classe politique.

Deux mois après le début des manifestations anti-loi Travail et alors que la mobilisation nationale promet de s’intensifier cette semaine, Pierre Gattaz compare les méthodes de la CGT à une "dictature stalinienne".

Dans un entretien accordé au Monde et paru ce lundi, le président du Medef estime qu’il "ne faut pas céder au chantage, aux violences, à l’intimidation, à la terreur". "Ce n’est pas ma conception du dialogue social, mais c’est visiblement celle de la CGT", affirme-t-il. "Faire respecter l’Etat de droit, c’est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes, ne bloquent pas tout".

EN SAVOIR + >> Robert Hue renvoie Pierre Gattaz à ses prédécesseurs vichystes

"Une dictature stalinienne"

Frontal, Pierre Gattaz a déploré les actions menées par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT en faisant le lien avec la dictature stalinienne. "Quand le syndicat du livre-CGT empêche la parution de quotidiens au motif que ceux-ci ont refusé de publier le tract de monsieur Martinez, il me semble que l’on est dans une dictature stalinienne. C’est très grave", a déclaré le leader du patronat. 

Des déclarations qui n'ont pas manqué de faire régir certains politiques qui n’ont pas mâché leurs mots, à l'instar député socialiste frondeur Pascal Cherki qui a qualifié Pierre Gattaz d'"abruti", estimant que "traiter la CGT de terroristes est une insulte à toutes victimes d'attentats en France".

De son côté, Mehdi Ouraoui, membre du conseil national du PS, a qualifié le patron des patrons de "roi des cons", tandis que Jean-Luc Mélenchon a estimé que Pierre Gattaz était un "parasite social et usurpateur de la représentativité patronale qui agresse la CGT". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter