Quand le FN manœuvre pour que Marine Le Pen soit dans le top 100 du Time

Quand le FN manœuvre pour que Marine Le Pen soit dans le top 100 du Time

Politique
DirectLCI
FRONT NATIONAL - Pour faire entrer Marine Le Pen dans le célèbre "Top 100" du Time Magazine, qui classe les personnalités internationales les plus influentes, son parti n'a pas ménagé ses efforts. Envois de mails, réseaux sociaux, les militants ont fait feu de tout bois pour porter aux nues leur patronne. En vain.

Le FN s'essaye au spamming mais ne l'assume pas. Comme chaque année, le Time Magazine a classé les personnalités les plus influentes du monde. Parmi les noms proposés dans ce cru 2014, se trouvait celui de Marine Le Pen. "En tant que présidente du parti d’extrême droite français Front National, Le Pen a récemment conduit son parti à la victoire lors des dernières élections municipales dans son pays", résumait le Time au-dessus de l'application de vote . Mais au final la présidente du FN, qui figurait à la 71e place en 2011 , n'a cette fois-ci pas été élue par les internautes. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé...

Loin de s'offusquer du qualificatif "d'extrême droite" employé par le Time - qui en France hérisse Marine Le Pen -, le parti a au contraire tout tenté pour que leur patronne revienne dans le classement. "Aidez Marine Le Pen à être dans le top 100 des personnalités du Times en votant avant ce soir", a par exemple posté le compte du FN officiel sur Twitter mardi . Un message également relayé sur le compte FN jeunesse.

Des mails envoyés par le FN lui-même

Une campagne qui ne s'est pas arrêtée aux réseaux sociaux. Un mystérieux mail a ainsi été reçu par la rédaction de Street Press , contenant le même message : "Par votre vote, Marine Le Pen a la possibilité de faire partie du classement Time des 100 personnalités les plus influentes du monde !"  Et ce, à partir d'une adresse d'expédition (votezmarine@live.fr) qui semble avoir été créée pour l'occasion. Par le parti ? Interrogé par le site, le délégué national du FN à la communication numérique, David Rachline , assure que non : "Je vous garantis que ça ne vient pas de nous. Nos adresses sont extrêmement claires, puisqu’elles ont les noms de domaines de nos sites. C’est très cadré. Si ça avait été nous, je vous le dirais, je n’ai pas de problème avec ça".

Mais la technologie est venue contredire ce démenti, prouvant que le FN était bien à la manœuvre. Grâce à une comparaison entre les métadonnées de l’entête du mail - envoyé à de nombreux militants mais aussi à des journalistes - et celles de l'adresse officielle du parti, Street Press a en effet réussi à prouver que la même base de données est utilisée dans les deux cas. Pourquoi s'en cacher ? "Pas facile d’assumer de vouloir s’incruster dans le star système, quand on tape à longueur de journées sur 'la caste' des journalistes et sur le 'système'", avancent les journalistes. Quoi qu'il en soit, les efforts du parti n'ont pas payé : ni Marine Le Pen, ni aucun autre Français, n'ont été considérés cette année comme assez influents pour faire partie du top 100 du Time.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter