Quand le New York Times offre une tribune à Marine Le Pen

Politique
FN – La présidente du Front national a publié une tribune dans les pages "Opinion" du grand quotidien américain, dans laquelle elle déroule ses propositions en matière de lutte contre le terrorisme, deux semaines après les attentats qui ont frappé la France.

C’est une tribune de choix pour la présidente du Front national. Deux semaines après les attentats de Paris, qui ont fait 17 morts, le plus grand quotidien américain, le New York Times, a publié dimanche un texte en anglais et sa traduction française sur Internet – de Marine Le Pen.

Que dit-elle dans cette longue tribune, intitulée "Bien nommer la menace" ? Elle déroule ses propositions de lutte contre le terrorisme – ce qu’elle a également fait vendredi, lors d’une conférence de presse au siège du parti. Accusant les gouvernements successifs d’inaction, elle tacle nommément le ministre actuel des Affaires étrangères, Laurent Fabius, incapable selon elle de nommer correctement la menace qui pèse sur la France : "Nommons donc les choses, puisque le gouvernement français semble réticent à le faire : la France, patrie des droits de l’homme et des libertés, a été attaquée sur son sol par une idéologie totalitaire : le fondamentalisme islamiste". Ce dernier adjectif étant effectivement écarté de la communication gouvernementale, qui préfère depuis septembre évoquer "Daech" plutôt que "l'Etat islamique", afin de limiter les amalgames avec l'islam en général.

Avant le NYT, le Wall Street Journal

"Les musulmans eux-mêmes ont besoin d’entendre ce message. Ils ont besoin que l’on fasse clairement la distinction entre le terrorisme islamiste et leur foi", assure Marine Le Pen. A ce sujet, elle a désavoué lundi sur France Inter son ex-conseiller aux affaires internationales , Aymeric Chauprade, qui avait publié jeudi une vidéo où il explique que "la France est en guerre avec des musulmans" : "Une prise de position personnelle",a réagi la présidente du FN.

Pour l'eurodéputée, une tribune dans le grand quotidien américain est une première. Qui fait suite à un portrait publié deux jours plus tôt dans le Wall Street Journal , l’autre grand quotidien outre-Atlantique. "Marine Le Pen rencontre depuis longtemps des correspondants de la presse étrangère", banalise son entourage. Une manière pour la présidente du parti de gagner peut à peu une stature internationale, atout qu'elle sait indispensable pour se lancer dans la course à l'Elysée. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter