Quand l'UMP et Copé voulaient parler de "genre" dès la maternelle...

Quand l'UMP et Copé voulaient parler de "genre" dès la maternelle...

DirectLCI
OUPS - Depuis plusieurs semaines, l'UMP et Jean-François Copé tirent à boulets rouges contre les ABCD de l’égalité mis en place par le gouvernement. Pourtant, En 2011, le parti était prêt à lutter contre les stéréotypes de genre.

"Amener les enfants à se sentir autorisés à adopter des conduites non stéréotypées." Enoncée de la sorte, la proposition ressemble mot pour mot à l'argumentaire que le gouvernement martèle depuis plusieurs jours pour défendre son  "ABCD de l'égalité" . Un outil pédagogique expérimenté depuis la rentrée 2013 dans 600 classes pour lutter contre les stéréotypes. Et qui fait grincer des dents dans les rangs de l'UMP. Or, cette mesure  contre laquelle Jean-François Copé tempête ces jours-ci émane tout simplement... de son parti.

Un utilisateur de Twitter a en effet fait cette découverte mercredi : en 2011, l'UMP avait organisé une convention sur l'égalité hommes-femmes dans le cadre de ses Etats généraux, étape préalable à l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy. "Le premier objectif de la promotion de l’égalité des sexes et du respect hommes/femmes dès la maternelle est d’amener les enfants à se sentir autorisés à adopter des conduites non stéréotypées", explique le document . "Il faut aider les filles et les garçons à percevoir positivement leur genre et celui du sexe opposé", est-il ajouté.

"Merci à l'UMP 2011"

"Le second objectif est d'accroître les capacités des enfants à résoudre de façon non violente et coopérative des conflits qui mettent en cause l'appartenance à l'un ou l'autre sexe ainsi que de promouvoir le respect entre les hommes et les femmes. Agir sur une population jeune reste en effet le meilleur moyen d'endiguer la naissance de comportements inacceptables chez les adolescents puis chez les adultes", poursuit la proposition UMP. Si Jean-François Copé n'avait pas piloté cette convention, le patron de l'UMP s'était néanmoins félicité du travail effectué. Et avait exprimé l'envie d'"aller au fond des choses" sur ce dossier. Une aubaine pour le PS qui, trois ans plus tard, a trouvé une parade pour répliquer au patron de l'opposition.

"L'UMP aurait donc été un parti capable de faire, sur des sujets de société, des propositions constructives dans le souci d'accompagner ces évolutions !", a ironisé la porte-parole du PS Laurence Rossignol mercredi soir. Même rengaine du côté de Najat Vallaud-Belkacem sur Twitter : "Merci à l'UMP 2011 de soutenir si ardemment les ABCD de l'Égalité qu'elle conspue aujourd'hui."

"Pour l'UMP, il n'a jamais été question d'enseigner le genre à l'école mais tout au contraire de sensibiliser les enfants à l'altérité sexuelle et à la richesse et à la complémentarité des différences entre les garçons et les filles", s'est défendu dans la soirée Jean-François Copé. Avant de préciser : "Contrairement à ce que souhaite imposer le gouvernement, nous ne sommes pas pour l'indifférenciation des sexes".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter