Quand Nicolas Dupont-Aignan passe la frontière avec une Kalachnikov

Politique
ELECTIONS EUROPEENNES – A trois jours du scrutin européen, le candidat eurosceptique Nicolas Dupont-Aignan a fait passer une arme de l'Italie à la France afin de dénoncer une "Europe passoire".urope.

A chacun son coup de com' pour dénoncer l'Europe. Quand Marine Le Pen va en bateau jusqu'à la Schengen pour jeter symboliquement les accords du même nom dans une corbeille, son rival eurosceptique, lui, fait passer des armes à la frontière. Pour dénoncer les dérives d'une "Europe passoire", le candidat aux européennes de Debout la République, Nicolas Dupont-Aignan, a en effet fait passer jeudi soir une Kalachnikov par la frontière italo-française dans le coffre d'une voiture. La preuve, selon lui, qu'il faut rétablir les contrôles douaniers.

"C'est une action symbolique. Nous avons montré que nos frontières étaient des passoires", encourageant "les trafics", a-t-il commenté par téléphone, aussitôt son forfait réalisé. L'arme de guerre avait été achetée par un militant de Debout la République sur Internet, "entre 500 et 1000 euros", d'après l'entourage du candidat cité par le Scan . Le chargeur de Kalachnikov avait été retiré, la rendant inoffensive.

"Un plan douanes qui supprime un douanier par jour"

Nicolas Dupont-Aignan, crédité de 2 à 3% d'intentions de vote, s'est rendu jeudi après-midi en compagnie de sa tête de liste dans la région Sud-Est aux européennes, Gerbert Rambaud, à l'ancien poste de douane désaffecté de Menton. Côté français, il a ouvert devant la caméra de France 3 Côte d'Azur le coffre de la voiture des militants arrivant d'Italie qui convoyaient la Kalachnikov. "Nous sommes un pays qui a abandonné les contrôles de ses frontières. A cette absence de frontières, on est en train d'ajouter le démantèlement de nos services douaniers. Aujourd'hui, il y a un plan douanes qui supprime un douanier par jour", affirme-t-il. Pas peu fier, le candidat a aussi publié la photo de son exploit sur Twitter.

Reste à savoir si ce coup de com' réussira à convaincre les électeurs. Et si la justice poursuivra le souverainiste et ses amis. En effet, comme le rappelle Europe 1 , la "bonne idée" de Nicolas Dupont-Aignan est aussi illégale. En France, "l'acquisition, la cession ou la détention, sans l'autorisation prévue à l'article L. 2332-1, d'une ou de plusieurs armes des catégories A ou B" est passible d'un emprisonnement de trois ans et d'une amende de 45.000 euros.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter