Que sait-on du post Instagram de Marlène Schiappa mettant en avant un coiffeur parisien ?

La ministre déléguée, par la voie de ses avocats, a certifié n'avoir réalisé aucun placement de produit.

DÉMENTI FORMEL - Sur Instagram, une vidéo diffusée sur le compte de la ministre déléguée a vanté les mérites d'un salon de coiffure parisien avant d'être rapidement supprimée. Les acteurs concernés s'accordent sur un point : il ne s'agit en aucun cas d'un placement de produit.

Bien décidée à s'adresser au jeune public, Marlène Schiappa a réalisé il y a quelques semaines une arrivée remarquée sur le réseau social TikTok. En ce début d'année, c'est sur son compte Instagram qu'a été diffusée une courte vidéo dans laquelle la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté figure de dos, au ralenti. Une séquence au cours de laquelle elle remue sa chevelure et qui s'accompagne d'un message vantant les mérites d'un salon de coiffure parisien.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

"Merci Adriano & Vincent de 'AnS Brasil' pour ce lissage qui répare les cheveux et va donc me permettre de gagner de précieuses minutes avant chaque matinale", indique notamment la légende. Une publication qui a rapidement fait réagir et qui a été supprimée en l'espace de quelques heures. Surprenante, la vidéo a été assimilée par des internautes à un placement de produit, rappelant dans sa forme les partenariats rémunérés auxquels peuvent s'adonner des "influenceurs" sur les réseaux sociaux. Une hypothèse balayée par l'entourage de la ministre ainsi que par le salon en question.

Ses avocats montent au front

Que sait-on de cette vidéo ? Postée le 3 janvier, elle ne semble pas être le produit d'un détournement. Des internautes soulignent d'ailleurs que plusieurs éléments visibles à l'image concordent avec ceux observés sur des photos potées par la ministre via Facebook à la veille de Noël, notamment un sapin et une porte. L'authenticité de la séquence a dans un premier temps été remise en cause par l'entourage de ministre : ce dernier a évoqué un "faux post" auprès d'un journaliste et ajouté que le compte Instagram de Marlène Schiappa a été passé en privé suite au "harcèlement subi [...] sur la base d’une fake news"

Cette ligne de défense a évolué puisque la ministre déléguée à la Citoyenneté a par la suite démenti, par l'intermédiaire d'un communiqué diffusé par son avocat, "tout recours à un placement de produit ou post sponsorisé sur Instagram". Toute information contraire, poursuit ce message "relèverait de la diffamation". Son avocate prévient que des poursuites pourraient être engagées, tout en mettant en garde les personnes qui se livreraient à des formes de cyber-harcèlement. Dans ce communiqué, il n'est plus fait référence à un "faux", mais l'accent est porté sur le fait qu'aucun partenariat rémunéré n'a été réalisé. Sollicité par LCI pour en savoir plus ce qui était entendu par le terme de "faux post", les proches de la ministre ont renvoyé aux mots de l'avocate, sans apporter de précision.

Lire aussi

Contacté par LCI, le salon de coiffure parisien mis en avant dans la publication Instagram indique que Marlène Schiappa "est une cliente tout à fait classique", d'ailleurs abonnée à la page de l'enseigne sur le réseau social. "Elle a publié de son plein gré", nous précise-t-il, évacuant là aussi les spéculations relatives à une forme de partenariat rémunéré.

Les différents acteurs concernés s'accordent donc aujourd'hui pour assurer que la vidéo polémique ne constitue pas un placement de produit. L'authenticité de la séquence n'a en tout cas pas été remise en cause, et la thèse d'un piratage semble donc écartée. Si la pertinence d'une telle prise de parole publique peut être interrogée, la ministre clame haut et fort qu'il ne s'agit en aucun cas d'une action rétribuée.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : "Entre alliés, ça ne se fait pas. C'est inadmissible", fustige Nicolas Sarkozy

Crise des sous-marins : le contrat américain est-il meilleur que le français ?

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

EN DIRECT - Covid-19 : 152 décès en 24h, 8594 patients toujours hospitalisés

"On est ici comme des mendiants, en train de vous supplier" : Macron interpellé durant son discours sur les Harkis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.