"Qui a inversé la courbe du chômage ?" : de jeunes militants s'activent pour une retour de François Hollande en 2022

DirectLCI
COME-BACK ? - Si François Hollande garde le silence quant à ses projets pour la prochaine élection présidentielle, son entourage planifie son potentiel retour, rappelle Le JDD dans son édition du 12 août.

LCI vous en avait déjà parlé quand, au lendemain d'une interview de sa compagne Julie Gayet, il était apparu que le retour de François Hollande faisait partie des doux espoirs caressés par certains de ses admirateurs. L'actrice elle-même avait jugé auprès du Parisien qu'il y avait "une vraie attente" des Français au sujet de son conjoint. "Je le vois quand on sort [...] beaucoup de gens espèrent son retour", avait-elle assuré. Non sans que cette sortie ne suscite quelques ricanements.

"Qui a inversé la courbe du chômage ? C'est François Hollande"

Habitués à ce que leur leader soit moqué, certains militants n'en ont cure. Comme le disait, donc, LCI, ils se sont lancés dans une improbable opération "François Hollande 2022", pour ramener au pouvoir celui qui, fin 2016, avait renoncé à se présenter à sa propre succession, une première dans l'histoire de la Ve République. Depuis, le président n'a pas vraiment quitté la scène, critiquant durement Emmanuel Macron après l'avoir adoubé en lieu et place de Benoît Hamon. Il multiplie les fameuses "cartes postales", se rappelant au (bon ou mauvais) souvenir des électeurs et son livre fait un carton dans les librairies, qu'il n'hésite d'ailleurs pas à écumer tout l'été.


Des appels du pied pas toujours discrets accompagnés par un travail de terrain auquel Le JDD a consacré une enquête, dans son édition du 12 août. Depuis fin juillet, le think-tank Inventons Demain, réunissant plusieurs jeunes élus hollandistes, a fait distribuer des tracts rendant hommage à l'ancien président. Sur le tract ? "Qui a tenu face aux attentats ? Qui a rétabli les comptes publics ? Qui a inversé la courbe du chômage ? C'est François Hollande. L'histoire n'est pas terminée."

En vidéo

Des élus locaux pro-Hollande veulent lancer sa campagne vers 2022

Sur les traces de Sarkozy ?

Outre ces tracts, les soutiens pro-Hollande se promènent sur le terrain pour questionner les Français rencontrés sur l'impact laissé par leur favori. Côté François Hollande, les démentis pleuvent dès qu'on demande si c'est l'entourage de l'ex-chef de l'Etat qui a commandé ces actions.  Pas plus de réponses du côté des arpenteurs de marchés, continue Le JDD. Profitant de l'éloignement de la scène publique, François Hollande bénéficie d'une cote de sympathie habituelle pour les anciens présidents, connue notamment par Jacques Chirac.


Cette stratégie du retour n'est d'ailleurs pas une nouveauté pour les dirigeants partis du pouvoir : Valéry Giscard d'Estaing a ainsi tout fait, en 1988 et 1995, pour être le candidat de la droite libérale à la présidentielle. Lionel Jospin a longtemps cru qu'il pourrait faire son retour en 2007, cinq ans après son élimination au premier tour de 2002. Et, bien sûr, Nicolas Sarkozy, maître en la matière, avait multiplié les clins d’œil entre 2012 et 2014, avant d'annoncer de reprendre la tête de l'UMP, de se lancer en campagne pour la primaire de la droite et du centre, dont il sera éliminé... au premier tour.


Le seul retour réussi depuis 70 ans restera celui du général de Gaulle, exilé de 1946 à 1958. Mais entre-temps, il y avait eu un changement de Constitution et le passage de la IVe à la Ve République. De toute façon, pour Bernard Poignant, fidèle parmi les fidèle, la question prématurée : "Il a renoncé à se présenter en 2017 mais il ne s'est pas retiré de la vie politique. 2022, c'est un tout autre dossier". Qui commence tout de même à se constituer...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter