Qui est Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie qui répond aux Gilets jaunes ?

Politique
BIO EXPRESS - La secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuel Wargon porte la parole du gouvernement face à des Gilets jaunes dans "La Grande explication", mercredi soir sur LCI. A 47 ans, elle a fait son entrée au gouvernement lors du remaniement d'octobre 2018. Elle a été précédemment conseillère de l'ancien ministre Bernard Kouchner, et responsable de la communication au sein du groupe Danone.

Elle est l'un des nouveaux visages du gouvernement d'Edouard Philippe. A 47 ans, Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique François de Rugy depuis le remaniement d'octobre 2018, représente le gouvernement durant "La Grande explication", l'émission exceptionnelle organisée mercredi soir, à 20h45, sur LCI, qui donnera la parole à plusieurs Gilets jaunes. 


La secrétaire d'Etat a la lourde tâche de défendre le plan du gouvernement pour la transition énergétique, alors que le mouvement des Gilets jaunes - qui appelle à une nouvelle mobilisation samedi à Paris - exprime un ras-le-bol massif contre la politique fiscale d'Emmanuel Macron. Elle avait d'ailleurs été parmi les premiers, au sein de l'exécutif, à réagir au mouvement, en répondant début novembre au coup de gueule poussé par l'automobiliste bretonne Jacline Mouraud.  

En vidéo

Emmanuelle Wargon répond au coup de gueule viral d'une automobiliste

L'occasion pour LCI de rappeler le parcours de cette responsable à mi-chemin entre la "société civile" et le monde politique.

Eminence grise de Bernard Kouchner

Emmanuelle Wargon, née à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), fille de Lionel Stoléru, ancien ministre de Valéry Giscard d'Estaing et de François Mitterrand, est un pur produit des grandes écoles de la République. Elle a été diplômée successivement de l'école de commerce HEC, de Science Po Paris puis de l'ENA - la promotion Marc-Bloch, qui est aussi celle du Premier ministre Edouard Philippe.


Elle a démarré sa carrière en 1997 en entrant comme auditrice à la Cour des Comptes, avant de rejoindre le cabinet de Bernard Kouchner, ministre de la Santé sous le gouvernement Jospin, comme conseillère technique. Elle est devenue par la suite adjointe au directeur général de l'Agence française de sécurité sanitaire (Afssaps). 

De l'AP-HP à la carrière de lobbyiste

Elle a poursuivi sa carrière au sein de l'AP-HP, (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), en tant que directrice déléguée à la coordination et au contrôle interne, avant de diriger le cabinet de Martin Hirsch, alors Haut Commissaire aux Solidarités actives, sous le gouvernement de François Fillon. 


Sous le quinquennat de François Hollande, elle a continué d'arpenter les ministères en devenant déléguée générale à l'emploi et la formation professionnelle au sein du ministère du Travail. Ce n'est qu'après cet épisode qu'elle a rejoint le privé, devenant en 2015 la directrice de la communication et des affaires publiques du groupe Danone. C'est cette casquette qui lui a valu, lors sa nomination au gouvernement, une polémique sur son rôle présumé de "lobbyiste" en faveur de l'huile de palme et des OGM au sein de Danone. L'intéressée y a répondu en se présentant comme "une femme libre" attachée "à l'intérêt général". 


Le mouvement des Gilets jaunes l'a propulsée devant les caméras, en raison de son rôle, au côté de François de Rugy, dans la mise en oeuvre de la politique environnementale du gouvernement, et en particulier de cette taxe carbone dont la hausse suscite aujourd'hui la colère. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le gouvernement Edouard Philippe III

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter