Qui est Faouzi Lamdaoui, cet ex-proche de Hollande poursuivi pour fraude fiscale ?

Qui est Faouzi Lamdaoui, cet ex-proche de Hollande poursuivi pour fraude fiscale ?

DirectLCI
JUSTICE - Un an après sa démission du poste de conseiller "égalité et diversité" de François Hollande, Faouzi Lamdaoui comparaît à partir de lundi pour "abus de biens sociaux", "faux et usage de faux" devant le tribunal correctionnel de Paris pour des faits remontant à 2007-2008. Qui est cet ancien "homme à tout faire" de François Hollande ?

Réputé discret, Faouzi Lamdoui, 52 ans, va passer malgré lui dans la lumière des projecteurs à l'occasion d'un procès, lundi et mardi, devant le tribunal correctionnel de Paris. Ce très proche de François Hollande est poursuivi pour "abus de biens sociaux, faux et usage de faux" pour des faits remontant à 2007-2008. Il est question d'une société de transports, Alpha-Distributions, dont la justice le soupçonne d'avoir été le gérant, et non un simple salarié comme il l'affirme. En jeu : plusieurs dizaines de milliers d'euros de rémunération qui auraient échappé au fisc. Si cette affaire ne concerne pas François Hollande, elle a rejailli sur le chef de l'Etat.

 Des débuts politiques dans les pas de Hollande
Faouzi Lamdaoui n'est pas un enfant du sérail. Cet "ingénieur logisticien" de formation, comme il se présente, a travaillé dans plusieurs sociétés avant sa rencontre avec François Hollande, alors premier secrétaire du PS, en 2002. Auprès de ce dernier, il devient successivement délégué national au co-développement, puis en charge de l'égalité et de la lutte contre les discriminations, et secrétaire national à l'égalité et à la diversité du PS. Il lui doit également sa candidature aux législatives de 2007 dans le Val-d'Oise, où il est battu par la droite. Prétendant à la tête de liste pour les municipales de 2008 à Argenteuil, ce "parachuté" est écarté par les militants au profit de Philippe Doucet.

 Le compagnon des moments difficiles
En 2008, lorsque François Hollande quitte la tête du PS, remplacé par Martine Aubry, Faouzi Lamdaoui se consacre corps et âme à son mentor, en pleine traversée du désert. "J'ai accompagné cette longue marche jusqu'au sommet de l'Etat en sacrifiant tout, vies professionnelle et personnelle", dit-il à metronews en mai 2012, après l'élection de François Hollande. "Quand je vois le résultat, je suis fier d'avoir assumé mon rôle nuit et jour dans la pénombre, y compris les tâches les plus ingrates." Un rôle de "petite main" qu'il cultive : pour servir "son" candidat Hollande, on apprend ainsi qu'il aura organisé ses interviews, commandé ses costumes, fait des détours chez l'opticien, jusqu'à recoiffer son mentor. Au PS, certains le nomment "le majordome". Mais, confie alors à metronews André Vallini  - autre proche de Hollande devenu aujourd'hui secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale - "il ne faut surtout pas le réduire à ce rôle de majordome. Faouzi joue aussi un rôle de conseiller politique : c'est un observateur très fin, qui sent les choses, et Hollande l'écoute beaucoup".

 L'ami enfin récompensé
Ce conseiller très apprécié accompagne François Hollande, dont il devient le chef de cabinet, jusqu'aux portes de l'Elysée. Pour cela, il lui faudra de l'abnégation : par exemple, voir sa candidature aux législatives de 2012 recalée par Martine Aubry. Il en conçoit une certaine amertume, comme l'exprime ce tweet relaté par L'Express  : "Le vrai leader doit respecter ses engagements, en particulier envers ses compagnons historiques". Mais le compte Twitter sur lequel il s'est ainsi épanché sera bientôt supprimé au bénéfice d'un profil plus officiel.

En effet, l'engagement tant attendu est finalement respecté. Après la victoire de François Hollande en avril 2012, Lamdaoui devient son conseiller "chargé de l'égalité et de la diversité", avec un bureau avenue de Marigny, tout près de l'Elysée. Mais cette nomination s'accompagne des premiers ennuis. Menacé de mort dans plusieurs courriers, le conseiller bénéficie d'une garde rapprochée avec chauffeur… qu'il perd deux mois plus tard, en juillet 2013, après avoir tancé un policier qui avait oublié de lui apporter un pain au chocolat.

EN SAVOIR +
>> Caprice d'Etat : un conseiller de l'Elysée exigeait ses pains au chocolat

 Les ennuis et la disgrâce
Plus ennuyeux pour le Président, Faouzi Lamdaoui a été rattrapé par des soupçons liés à sa vie professionnelle. Après une première affaire classée sans suite fin 2012 - Lamdaoui et Hollande ont été visés par des plaintes pour "travail dissimulé" par un homme affirmant leur avoir servi de chauffeur, le précieux conseiller ramène une autre affaire brûlante sur le perron de l'Elysée. En juin 2014, il est convoqué par la police judiciaire de Nanterre pour des mouvements de fonds suspects mettant en jeu plusieurs dizaines de milliers d'euros et son ancienne société de transport, Alpha-Distributions. Il démissionnera en décembre 2014 afin, explique un communiqué laconique de l'Elysée, "de se donner les moyens de se défendre". Les ponts avec la présidence sont définitivement coupés. En disgrâce, la "petite main" de François Hollande a fermé son blog, interrompu ses publications sur Facebook et sur Twitter . Silence radio… jusqu'à ce lundi, devant le juge.

À LIRE AUSSI
>> Faouzi Lamdaoui, conseiller de Hollande, a présenté sa démission

>> PHOTOS - Cahuzac, Lamdaoui, Morelle : ces proches de Hollande poussés à la démission

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter