Qui est François-Xavier Bellamy, désigné tête de liste LR aux élections européennes ?

Politique
DirectLCI
BIO - François-Xavier Bellamy, philosophe et normalien de 33 ans, va prendre la tête de la liste LR aux élections européennes. La désignation de cet intellectuel classé conservateur - terme qu'il récuse - a été validée ce mardi par la commission nationale d'investiture du parti. Elle fait en tout cas largement réagir dans les rangs de la droite.

Son nom agitait les rangs des Républicains depuis plusieurs semaines. Le professeur agrégé de philosophie et normalien François-Xavier Bellamy, 33 ans, a bien été choisi pour prendre la tête de liste du mouvement dirigé par Laurent Wauquiez pour les élections européennes. La Commission nationale d'investiture (CNI) du parti a validé ce mardi sa désignation, tout comme celles d'Agnès Evren et d'Arnaud Danjean, respectivement comme n°2 et n°3. La CNI a approuvé ce trio par 38 voix pour et 2 contre.


Le choix de François-Xavier faisait déjà largement réagir dans les rangs de la droite ces derniers jours. Si le patron des députés LR Christian Jacob - qui le considère comme "beaucoup plus conservateur que je ne le suis ou que d'autres le sont" - a estimé que "toutes les sensibilités" devaient être représentées dans "une équipe de rassemblement, certaines voix, dont celle du président du Sénat Gérard Larcher, n'ont pas hésité à contester la désignation de cet intellectuel réputé proche de la Manif pour tous - il s'était opposé au Mariage pour tous et avait soutenu le lancement de Sens Commun, la branche politique des opposants à cette conquête. 


D'autres le jugent cependant inclassable - et lui-même récuse le terme de "conservateur" dont on l'affuble. "Il est parfaitement adapté à l'ambiguïté de LR", juge Nicolas Dupont-Aignan. "Le jour où je comprendrai ce qu'il dit, j'aurai progressé", a grincé ce dernier. "Comme il dit tout et le contraire de tout, je suis sûr que ce sera un très bon candidat LR." En octobre, l'ex-députée d'extrême droite Marion Maréchal estimait qu'une éventuelle désignation de Bellamy rapprocherait LR du RN, même si le philosophe semble peu enclin à l'union des droites.

Critique sur l'IVG et l'euthanasie

Le trentenaire, qui a grandi à Versailles, est passé par le scoutisme et l'enseignement privé catholique avant d'effectuer ses classes préparatoires au lycée Henri-IV, à Paris, puis d'intégrer l'Ecole normale supérieure. Il a lui-même enseigné dans plusieurs lycées de la région parisienne, et créé dans la capitale, à 28 ans, "les Soirées de la philo", des conférences ouvertes au public qui se poursuivent aujourd'hui. 


Auteur de plusieurs ouvrages - Les Déshérités ou l'urgence de transmettre, et Demeure - Pour échapper à l'ère du mouvement perpétuel -, ce "laïc catholique" défend notamment le maintien de certains repères dans la société, tout en réfutant vouloir se tourner vers le passé et l'immobilisme. Outre le mariage pour tous, qu'il assimile à une forme de "dérégulation", il se montre critique à l'égard du suicide médicalement assisté. "Pour qu'un vivant veuille mourir, il y a quelque chose que nous avons manqué", estimait-il récemment lors d'un débat avec une responsable de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). 


Mais la polémique autour de François Xavier-Bellamy est surtout venue de ses prises de positions sur l'interruption volontaire de grossesse. Qualifié d'opposant à l'IVG, il a dénoncé une "caricature" à son sujet, estimant que le même tort avait été fait à l'ancien candidat François Fillon. "Aujourd'hui en France, personne ne pense qu'il est possible d'abroger la loi Veil", clame-t-il. Celui qui a participé à la Marche pour la vie - qui rassemble les militants contre l'avortement - a toutefois déclaré que l'avortement "est et restera un drame". "Je ne crois pas que ce soit une bonne chose, une belle expérience", a-t-il ajouté, souhaitant que le nombre d'IVG puisse diminuer dans le pays. 

Pour une autre Europe

L'intellectuel de droite n'est jamais très éloigné de la politique. Il a ainsi lancé un mouvement fin 2017, Unis pour servir, en vue de préparer une alternance en 2022. Ce mouvement revendique plusieurs principes : "la culture et la transmission", les "solidarités locales", "l'écologie globale", l'Etat régalien et "les libertés". 


Dans une interview récemment accordée au Figaro, François-Xavier Bellamy a estimé que l'Europe était "sans aucun doute un projet à renouveler en profondeur, mais un projet plus nécessaire que jamais. Nous devons remettre la construction européenne au service des peuples". Ferme sur les questions migratoires - "le discours 'Venez chez nous, nous accueillons' produit la catastrophe qu’il dénonce", disait-il en juin 2018 sur LCI, il a toutefois marqué ses distances avec le parti de Marine Le Pen, trop antilibéral à ses yeux. "Lorsque je vois le RN aborder cette campagne avec un vocabulaire de lutte des classes, je me sens bien éloigné de la vision qu'ils proposent." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter