Qui est Patrick Nicolle, cet ancien militaire qui veut renverser Macron et menace les Gilets jaunes ?

Politique
WTF - Patrick Nicolle est devenu un phénomène sur les réseaux sociaux. Après avoir menacé le président de la République de mener un putsch le 1er mai dernier, le militaire à la retraite, "major-trompette", a ciblé ce lundi le mouvement des Gilets jaunes. Cette fois, il assure qu'il pourrait appuyer "sur un bouton rouge" pour lancer une bombe atomique. Qui est vraiment ce gradé accro aux réseaux sociaux ? LCI s'est aventuré en terrain miné...

"Major Philippe Nicolle, futur président de la République." C'est ainsi que l'ancien militaire signe tous ses posts et vidéos publiés en ligne. Et ils sont nombreux ! Sur sa page Facebook, on dénombre une centaine de vidéos diffusées en direct ces dernières semaines. Mille vues en moyenne, et certaines d'entre elles enregistrent des pics à plus de 8000 vues. Et l'homme se montre également prolifique sur son compte Instagram, sa page Youtube et son compte Twitter. Il possède même son propre site Internet. Mais depuis ce lundi, c'est surtout sur les pages Facebook des Gilets jaunes que Patrick Nicolle cumule les clics. Un véritable bad buzz.


"Tiens tiens ?! Voilà des nouvelles du major trompette !  Alors j’annonce ! Lui déjà il va dégager du groupe fissa ! Et si il a des partisans ici, je les invite à aller le suivre ailleurs au même tarif...", commente un internaute sur la page Gilet jaune media, à l'adresse d'un homme désormais connu comme le loup blanc dans la communauté "jaune". Il faut dire que, dans sa dernière livraison en date, Patrick Nicolle n'y est pas allé de main morte. Évoquant la manifestation à venir du 22 juin, il adjoint les Gilets jaunes de rester sagement chez eux. "Vous avez tout perdu !", lâche-t-il. Et à l'idée - évoquée par le mouvement - de faire appel à l'armée pour défendre les manifestants des forces de l'ordre, il répond : "On a bien relevé avec l’état-major, il n’y a aucun problème. Nous militaires, on n’a pas besoin des ordres du président de la République. On a uniquement à appuyer sur un bouton rouge. Et oui. On appuie sur ce bouton rouge et vous n’existez plus. C’est ce que vous voulez ?", demande-t-il un brin narquois. Et de préciser encore plus loin : "Ce sera pas le gazage, ce sera la bombe atomique qui va anéantir la France."

"Un major qui tient de tels propos c'est très grave!!!!", réagit un internaute. "C'est qui ce guignol ?", se demande un autre. Une question, avouons-le, que nous nous sommes également posée. Selon les informations que nous avons pu récolter, Patrick Nicolle a bien fait carrière au sein de l'Armée de Terre. Mais à la place d'une arme, c'est une trompette qu'il a tenue en main durant 36 ans. Une affaire de famille semble-t-il. Il assure être issu d'une lignée Trompettes-Major remontant aux années 1875. Ce musicien a joué la majorité de sa carrière dans la fanfare de l'Armée Blindée Cavalerie dans la Marne, au sein du 501ème/503ème Régiment de Chars de Combat de la 2ème DB. L'une de ses passions : composer des œuvres à destination de personnalités civiles, principalement, les locataires de l'Elysée. Sa dernière création "Marche du président de la République Macron" peut être écoutée ici


Pour autant, Patrick Nicolle ne porte pas l'actuel chef de l'Etat dans son cœur et ne cache pas vouloir prendre sa place. Il a d'ailleurs déjà annoncé vouloir se présenter à la prochaine présidentielle pour reprendre le pays en main, sous la bannière "La France d'abord", un "partie indépendant libre" (sic). S'il porte l'ancien slogan du FN, il assure se différencier du parti de Marine Le Pen. "Elle m'a appelé la semaine dernière pour fusionner avec elle", nous assure-t-il, "mais je ne lui fais pas confiance et nous n'avons pas du tout la même politique".

Comme 2022, c'est tout de même loin et que "La France va mal", il se propose de "destituer le Président avant la date". Comment ? Tout simplement avec "un putsch" mais attention "un putsch calme, sans armement". Fin avril, il a même lancé un ultimatum à Emmanuel Macron, toujours à travers une vidéo postée sur internet. "Avec mon équipe, on est prêts à vous relever", prévenait-il alors. Si vous n’ouvrez pas les portes de l'Elysée (…) je pense que ça va très mal finir. (...) 48 heures, c’est un ultimatum (…) c’est vous qui décidez, moi j’ai toute la France avec moi". Si cette prise de pouvoir a raté, c'est que les Gilets jaunes "manquent d’honnêteté" : "à l'arc de Triomphe, il y avait deux Gilets jaunes et moi-même", nous explique-t-il aujourd'hui...


Qu'à cela ne tienne, le Trompette-Major est plutôt sûr de lui. Aux Gilets jaunes, il lançait ainsi en début de semaine : "Vous avez perdu (...), M. Macron ne va pas changer sa ligne de conduite, le seul (qui puisse le faire) c’est moi le Major Patrick Nicolle." Il le crie partout, il est le "futur président de la République". Certes, il n'est peut-être que musicien "mais attention, les musiciens sont très intelligents".


Sa popularité, il nous dit l'avoir testée avec succès aux dernières européennes, une élection où il n’était pourtant pas candidat officiel. "Suite à une demande massive des citoyens, je vous adresse mon modèle de bulletin de vote à imprimer afin de voter mon parti 'la France d’abord', postait-il sur Instagram. "Si vous votez massivement pour mon parti, votre vote fera barrage à laREM." Tout bulletin non conforme équivaut à un vote nul, mais cela ne l'empêche pas de nous assurer de sa victoire : "à Strasbourg, j'ai fait 58%, devant Marine Le Pen". Une popularité que tenterait de tuer le gouvernement : "M. Macron a donné l'ordre de taire mon nom, je suis un élément dérangeant". 

En plongeant dans les méandres des réseaux sociaux, on cerne encore un peu mieux le personnage. Il est ainsi ouvertement islamophobe : "Lorsque le ramadan débute, les médias en font 'la UNE', aujourd’hui commence le carême Silence des Médias… !, postait-il en mars dernier sur Facebook. Pourquoi cette différence à l'avantage de nos envahisseurs pour qui nous payons des impôts...!" Il est également un brin complotiste. L'incendie de Notre-Dame-de-Paris ? "Un complot bien mené par notre cher président". "Beaucoup de personnes pensent comme moi, mais n'osent pas s'exprimer", avançait-il comme seul argumentaire. "Moi, j'ose." Il a également beaucoup, beaucoup d'amis. Il faut dire que toute personnalité avec qui il pose (parfois à l'aide de photos montage) devient son ami. Philippe de Villiers lui signe un autographe lors d'une séance de dédicace ? Un ami. il affirme également être proche de Laurent Wauquiez : "Il m'a appelé pour m'annoncer sa démission, je lui ai dit : 'tu déconnes, un chef, ça ne démissione pas'".


Le Major Patrick Nicolle est aussi un peu versatile. Dans son "clip de campagne" ci-dessous, on le voit "avec Macron" (un photomontage, encore un) quand, sur son compte Instagram, il préfère prendre la pose avec... des Gilets jaunes. Bref l'énergumène n'est pas facile à suivre. Une chose est sûre, il aime beaucoup les miss, et plus encore ses décorations militaires, des médailles qu'il arbore à toutes occasions, que ce soit en se rendant dans une librairie, au pied de la tour Montparnasse ou encore dans une manifestation

Et que fait donc cet ancien militaire mélomane en dehors d'occuper la toile ? Il nous indique être "conseiller technique auprès de l'état-major", "j'ai derrière moi 60 généraux". Au quotidien, il occupe plutôt son temps en tant que professeur dans les écoles de musique et les écoles de l'éducation Nationale à Strasbourg. En toute honnêteté, on préfère le voir diriger un orchestre que le pays.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter