Qui sont les ministres qui envisagent de se présenter aux prochaines élections municipales ?

Politique

POLITIQUE - A sept mois des élections municipales, plusieurs ministres réfléchissent à se porter candidats, à l'instar de Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, Marlène Schiappa ou Emmanuelle Wargon. Ce qui doit obliger l'exécutif à adopter une règle sur le cumul des mandats et pourrait le pousser à opérer un nouveau remaniement à l'automne.

Certains ministres ont des envies d’ailleurs. A sept mois des élections municipales de mars 2020, ils sont plusieurs à envisager de se présenter au niveau local. Alors que leurs velléités sont encore floues, le Premier ministre Edouard Philippe leur a demandé de lui faire part de leurs ambitions avant la rentrée. Toutefois, quelques indices permettent d'ores et déjà de dresser une liste des ministres ou secrétaires d'Etats intéressés.

Lire aussi

Le seul à être sûr de se présenter en tant que tête de liste est le ministre chargé des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu. Il souhaite se soumettre au suffrage universel à Vernon, dans l'Eure, commune qu'il a déjà dirigée d’avril 2014 à décembre 2015.

Celui qui montre le plus d'attachement à sa commune est peut-être Gérald Darmanin. Élu maire de Tourcoing en 2014, il en est encore le premier adjoint depuis septembre 2017. Il aurait pu rejoindre sa ville en janvier dernier après la mort du maire Didier Droat. Mais le ministre de l'Action et des Comptes publics a finalement décidé de rester à Bercy. Tout en précisant en revanche qu’il serait candidat en 2020. "Je n’imagine pas la vie politique sans passer par le suffrage universel, sans avoir un ancrage local" avait-il alors expliqué, sans préciser si ce serait en tant que tête de liste ou comme simple candidat.

C’est important d’être au contact des Français localement."- Emmanuelle Wargon

Ce mercredi sur LCI, la Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire Emmanuelle Wargon a, elle aussi, dit réfléchir à une candidature à Saint-Mandé, dans le Val-de-Marne (vidéo en tête de cet article). "J’ai manifesté un intérêt pour les élections municipales, et a priori là où j’habite à Saint-Mandé. Je n’ai pas encore pris ma décision pour figurer ou pas sur la liste. En tout cas je pense que c’est important d’être au contact des Français localement" a-t-elle déclaré.

Toujours ce mercredi 21 août, la ministre des Transports et de la Transition écologique Elisabeth Borne a fait part de son souhait de se présenter sur une liste. "Je pense que c’est très important d’avoir un mandat local qui permet de bien comprendre les problèmes de terrain" a-t-elle estimé. "Je réfléchis à être présente sur une liste et je vous donnerai la réponse un autre jour" a continué la ministre, sans préciser quelle commune avait sa faveur. Il pourrait s’agir de Montrouge (Hauts-de-Seine), selon le Journal du dimanche.

Didier Guillaume rêve de Biarritz

En début de semaine, franceinfo avait révélé que le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume avait des vues sur Biarritz. Mais l'ancien édile de Bourg-de-Péage, dans la Drôme, devra attendre de connaître la décision du maire sortant, le MoDem Michel Veunac. Si ce dernier se représentait, le ministre de l’Agriculture pourrait négocier avec lui pour se positionner sur sa liste. 

Enfin, la ministre des Sports Roxana Maracineanu pourrait se présenter à Mulhouse (Haut-Rhin) ; le ministre chargé des relations avec le Parlement Marc Fesneau à Marchenoir (Loir-et-Cher), dont il a été maire de mars 2008 à août 2017 ; tandis que la secrétaire d'Etat en charge de l'Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa a souvent montré son intérêt pour le 14e arrondissement de Paris. Le Premier ministre lui-même n'a pas complètement écarté l’idée de revenir au Havre ou de se présenter à Paris -où Benjamin Griveaux a été officiellement investi pour conduire LaRem.

Cumul interdit pour les maires de communes de plus de 30.000 habitants ?

Le chef de l'Etat devra rapidement trancher la question du cumul des mandats. A ce propos, l'entourage d'Edouard Philippe a précisé au Monde : "Il n’y a pas de règle spécifique pour le moment. Etre sur une liste ou mener une liste, ce n’est pas la même chose. Comme le fait d’être candidat dans une grande ville ou dans une ville de quelques milliers d’habitants." Ainsi, le cumul des mandats pourrait être autorisé pour les ministres élus dans des villes de moins de 30.000 habitants. 

Mais ces candidatures et ces campagnes électorales à venir pourraient néanmoins obliger le président de la République et son Premier ministre à procéder à un remaniement à l'automne. Or ils sont clairement en manque de personnalités et de réserve pour garnir à nouveau les rangs du gouvernement. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter