Rachida Dati raconte avoir mis "un coup de poing dans la gueule" de Brice Hortefeux

Politique
BASTON - L'ancienne garde des sceaux, dont "Le Monde" tire le portrait d'"ingouvernable" a raconté une anecdote inattendue au sujet de son ancien collègue des gouvernements Fillon.

On savait les relations entre Brice Hortefeux et Rachida Dati particulièrement détestables. Et ce n'est pas l'anecdote rapportée par la maire du VIIe arrondissement de Paris qui viendra le démentir. "Héroïne" du jour de la série que Le Monde consacre cet été aux têtes brûlées (elle suit Christine Angot, Cyril Hanouna et Jérôme Lavrilleux), Rachida Dati a fait part aux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme d'une scène hallucinante de violence avec le fidèle de Nicolas Sarkozy.


"Un jour, devant un ascenseur, je lui dis : 'Alors le facho, ça va ?' Il me répond : 'Ça va, intrigante.' Là, je me retourne et je lui mets un coup de poing dans la gueule, et il se mange le miroir ! Après, Sarko m’appelle : 'Qu’est-ce que t’as encore fait ?' Je lui dis : 'Il m’a insultée.' Et lui : 'Arrête de le chercher.'"

En vidéo

Bureau politique : " 'Les triplés', je connaissais bien avant d’être maire", raconte Rachida Dati

Le grand facho, il se cachait derrière son journalRachida Dati

Si Rachida Dati n'a jamais caché l'animosité qu'elle vouait à son ancien collègue du gouvernement, qu'elle soupçonne d'avoir espionné pour connaître le père de son enfant Zohra, c'est bien la première fois qu'elle fait part en public de pareils propos et que l'on entend que sa relation avec l'ancien ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale s'est ponctuée de violence physique. En revanche, l'usage de l'insulte "facho" à l'égard du député européen n'a rien de neuf. Déjà, en novembre 2016, Mediapart s'était fait l'écho d'un texto qu'elle avait envoyé à l'intéressé. Lequel texto commençait par un vibrionnant "salut le facho", et au cours duquel elle le qualifiait de "ministre (naze) de l'Intérieur" ou d'"espèce de nul".


Les révélations de Rachida Dati au Monde ne s'arrêtent d'ailleurs pas là, puisque l'intéressée rapporte encore une anecdote où elle traite le tristement célèbre auteur de la blague douteuse sur les "Auvergnats" de "guignol" et de "nazi". Des insultes auxquelles Brice Hortefeux n'aurait guère répondu, encore selon Rachida Dati : "Le grand facho, il se cachait derrière son journal, les hôtesses étaient mortes de rire !"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter