"Rebelle", "insolent" : quand François Fillon raconte sa folle jeunesse à Gala

Politique

COMMUNICATION – Pour casser son image d'homme froid et distant, François Fillon a accordé une interview à Gala où il raconte des anecdotes sur sa jeunesse. Une jeunesse pleine de rebellion, de coups d'éclat en classe.

Dire que François Fillon n’est pas très fun n’est pas une information en soi. Avec sa silhouette élancée, ses épaules larges, son regard impassible et ses costumes sombres, le reproche est fréquemment fait à l’ancien Premier ministre. Problème : à un an des primaires du parti Les Républicains pour la course à l’Élysée, François Fillon a besoin de casser l’image de l’homme froid qui lui colle à la peau pour conquérir les sympathisants de la droite et du centre.

Fillon, un punk ?

Comment ? En donnant une interview pardi, comme le font nombre de ses concurrents. Un entretien durant lequel il se livre un tantinet plus que d’habitude, dans un support où il n’était en plus pas attendu : le magazine people  Gala , que l’élu de Paris a visiblement préféré à l’émission de Laurent Ruquier On n’est pas couché -  émission qu’il boude .

Pour rendre son personnage politique plus "fun", François Fillon parle de sa jeunesse, de ses 400 coups et de l’esprit de rébellion qui l’animait alors. "J’étais un élève assez dissipé au collège notamment, je m’en­nuyais en classe et j’avais l’es­prit de bravade. Il m’est arrivé de lancer une ampoule lacrymogène pendant une heure d’étude surveillée". Vous avez bien lu : l’ancien Premier ministre de la France jetait des lacriymo en classe.

À LIRE AUSSI >> Primaire de 2017 aux Républicains : qui se lance dans la bataille ?

Un rebelle insolent qui faisait le mur

Et il faisait même le mur. Si, si. En mai 68, François Fillon explique avoir quitté sans bruit le domicile familial pour rejoindre ses camarades de classe et "voir ce qu’il se passait de plus près". Problème : seul externe parmi ses camarades, il décidera à la fin de la soirée de rentrer dormir chez lui. Suivi par les gendarmes, il trahira alors la planque de ses camarades à la maréchaussée. Mais comme il avait l’habitude de ravitailler ses copains "en bois­sons et biscuits" en rentrant chez lui, a priori ces derniers n’ont pas dû trop lui en vouloir.

Enfin, sachez-le, quand il était ado, François Fillon était "insolent" comme il le dit lui-même. Comme de très nombreux ados. Mais dans Gala, il explique que sa mère comprenait son côté "rebelle" et couvrait toujours ses frasques, quitte à s’opposer à son mari.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter