Reconfinement : écoles ouvertes, retour des attestations... ce qu'il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français au cours d'une allocution depuis l'Élysée, diffusé dans le 20H de TF1. Le chef de l'État a annoncé de nouvelles mesures visant à enrayer la progression de l’épidémie de Covid-19.

RÉCAP' - Le chef de l'État a confirmé ce mercredi soir le retour du confinement en France. Légèrement différent de celui du printemps, il entrera en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le confinement, acte II. Sans surprise, Emmanuel Macron a annoncé au cours d'une allocution télévisée ce mercredi soir le retour sous cloche de la vie des Français. Reconnaissant "la lassitude et cette impression d'un jour sans fin qui tous nous gagne", le chef de l'État a estimé que "les efforts consentis" ne "suffisent pas". Si des précisions devront encore être apportées jeudi par le Premier ministre Jean Castex et son gouvernement, voici ce qu'il faut retenir de l'intervention du président. 

Toute l'info sur

La France à nouveau en confinement

Un état des lieux alarmant

Avec pédagogie, Emmanuel Macron a tout d'abord dressé un constat de la situation. "Le virus circule en France à une vitesse que même les prévisions les plus pessimistes n'avaient pas anticipé", a reconnu le président, ajoutant que "si les efforts consentis ont été utiles, la lucidité commande d'admettre que cela ne suffit pas, cela ne suffit plus". Il l'assure : les directives ces dernières semaines étaient les bonnes. "On peut toujours s'améliorer, mais on fait tout notre possible et je crois profondément que notre stratégie était compte tenu des informations qui étaient les nôtres."

Lire aussi

"Quoi que nous fassions, près de 9000 patients seront en réanimation à la mi-novembre, soit la quasi-totalité des capacités françaises", a-t-il prévenu, faisant écho aux fortes inquiétudes exprimées par les experts ces dernières semaines. Les capacités de réanimation seront d'ailleurs portées à 10.000 lits, soit un doublement du nombre initial.

Un confinement "adapté" pour au moins quatre semaines

Un nouveau confinement, légèrement différent toutefois de celui du printemps, débutera dès minuit "dans la nuit de jeudi à vendredi" et durera "a minima jusqu'au 1er décembre", a souligné Emmanuel Macron. "Tout le territoire national est concerné." Encore une fois, les possibilités pour sortir seront limitées : pour travailler, se rendre à un rendez-vous médical, porter assistance à un proche, faire des courses "essentielles" ou prendre l'air "à proximité" de son domicile. D'où le retour des attestations.

Trois changements majeurs par rapport au confinement du printemps sont toutefois à noter : le travail pourra continuer, les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités, les écoles, collèges et lycées resteront ouverts. À l'université, les cours en ligne seront privilégiés. 

L'économie plus ouverte qu'au printemps

"L'économie ne doit ni s'arrêter, ni s'effondrer", a insisté Emmanuel Macron. "L'activité continuera avec plus d'intensité (par rapport au premier confinement), ce qui veut dire que les guichets des services publics resteront ouverts, les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics continueront de fonctionner."

Le travail pourra continuer mais le télétravail sera à nouveau généralisé "partout où c'est possible". Un "plan spécial" sera dédié aux travailleurs indépendants, commerçants, ainsi qu'aux TPE et PME. Le dispositif sera réévalué "tous les 15 jours" pour décider de "mesures complémentaires" ou a contrario "alléger" certaines contraintes, "en particulier sur les commerces". Ainsi, si d'ici quinze jours la situation est mieux maîtrisée, "nous pourrons espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël", a fait savoir le président.

Limiter réunions privées et déplacements pour sauver Noël

Les réunions privées en dehors du "strict noyau familial" seront "exclues", les rassemblements publics interdits. Il sera impossible de se déplacer d'une région à l'autre, "à l'exception des retours de vacances de la Toussaint" pour lesquels "une tolérance" sera acceptée. 

Chacun est donc appelé à rester "au maximum" chez soi et à respecter les règles. Objectif : "Cultiver l'espoir de célébrer en famille ce moment si précieux des fêtes de fin d'année."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 nouveaux cas mardi, la barre des 50.000 morts franchie

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Lire et commenter