Retrait de l'âge-pivot : l'exécutif salue un "compromis constructif" et espère un "tournant"

Retrait de l'âge-pivot : l'exécutif salue un "compromis constructif" et espère un "tournant"
Politique

Toute L'info sur

Les grèves contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron

NÉGOCIATIONS - Alors que le conflit sur la réforme des retraites continue de faire rage, Edouard Philippe a annoncé ce samedi aux partenaires sociaux le retrait, sous conditions, de la notion d'âge-pivot de son projet de loi. Une décision saluée par l'Elysée comme "un compromis constructif et de responsabilité".

Lors de ses vœux le 31 décembre dernier, Emmanuel Macron avait souhaité et appelé à un "compromis" rapide. Dix jours plus tard, voilà que son vœu semble exaucé dans l'épineux dossier de la réforme des retraites. Ce samedi 11 janvier, Edouard Philippe a adressé un courrier aux partenaires sociaux leur annonçant qu'il était "disposé à retirer l'âge pivot fixé à 64 ans, en 2027", si et seulement si les partenaires sociaux parviennent à se mettre d'accord d'ici avril sur le moyen de financer le futur système. 

À l'issue de cette annonce, Emmanuel Macron, avec qui Edouard Philippe a été en contact constant durant les négociations, a salué "un compromis constructif et de responsabilité", a fait savoir l'Elysée à LCI. "Il n'y a ni gagnant ni perdant dans un compromis, c'est une formule qui fait le pari de la confiance, du dialogue de la concertation et de la  responsabilité des acteurs", a développé l'entourage du chef de l'Etat.

Lire aussi

"Un compromis qui revitalise le dialogue social"

"Il s'agit d'un compromis qui revitalise le dialogue social", a souligné la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur LCI ce samedi soir, y voyant "un tournant" dans le conflit social entamé le 5 décembre dernier. "On préconisait de mettre un âge pivot à partir de 2022, c'est cette mesure de transition que nous avons retirée (...) Chacun a fait des efforts, chacun a avancé", a-t-elle estimé, appelant les grévistes à reprendre le travail.

En vidéo

Retrait de l'âge-pivot : Sibeth Ndiaye salue un compromis qui "revitalise le dialogue social"

Reste que s'il a été accueilli avec enthousiasme par les syndicats dits réformateurs, à l'instar de la CFDT et l'Unsa, ce retrait de l'âge-pivot n'a pas convaincu les syndicats qui battaient de nouveau le pavé partout en France. L'intersyndicale formée par la CGT, FO, la FSU, Solidaires, la CFE-CGC et trois organisations de jeunesse a ainsi appelé dans un communiqué à "organiser des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire, en rejoignant massivement par la grève le mouvement le 14 janvier". Elle appelle par ailleurs à "poursuivre les actions et la mobilisation le 15 et à faire du 16 une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent