Réforme des retraites : la nouvelle piste du gouvernement pour déminer la contestation

Politique

Toute L'info sur

La réforme des retraites, dossier explosif pour l’exécutif

RETRAITES - Dans un document de travail publié par "Les Echos" ce mercredi, le gouvernement propose aux partenaires sociaux de renégocier la date d’application du nouveau régime des retraites. Une façon de répondre aux syndicats qui menacent d’une grève illimitée en décembre.

Son application devait se faire "au plus tôt" pour la génération 1963. C’est ce que proposait initialement le rapport Delevoye, du nom du haut-commissaire chargé de la réforme des retraites, publié en juillet dernier. Mais face à une contestation grandissante, cette date pourrait bien être repoussée. 

Lire aussi

Le gouvernement pense déjà à un plan B

Au lendemain d’un appel à une journée de grève interprofessionnelle, prévue pour le 5 décembre, pour contester la réforme des retraites, le gouvernement doit proposer aux partenaires sociaux un document de travail dont Les Echos a eu connaissance. Selon le quotidien spécialisé en économie, le gouvernement envisage de reculer l’application du nouveau régime. 

Deux pistes sont ainsi possibles et seront "soumises à la concertation". Repousser l’entrée en vigueur à des "générations postérieures", ou bien directement ne l’appliquer qu’aux "nouveaux entrants sur le marché du travail". Surnommée la "clause du grand-père", cette méthode fait en sorte que seuls les jeunes qui entrent dans la vie active soient concernés par une réforme. Un calcul pour que la majorité des travailleurs voulant aujourd’hui descendre dans la rue ne se sente plus concernée.

La technique est directement inspirée de la réforme des cheminots. Ainsi, pour éviter de paralyser le pays, le gouvernement a supprimé le statut dont bénéficiaient les agents de la SNCF uniquement pour les nouveaux arrivants. 

Si revoir le calendrier permet, selon le gouvernement, de faire retomber la pression, ce n’est pas l’avis de tous. Car le reste de la feuille de route demeure inchangée, avec tous les principes de retraite à points, de suppression de certains régimes spéciaux et d’un âge pivot relevé à 64 ans. A notre micro, le secrétaire confédéral de Force ouvrière (FO), a d’ores et déjà prévenu que ce revirement ne permettrait pas d’apaiser toutes les colères. Michel Beaugas, confie être "contre le principe" du nouveau régime dans sa globalité et assure que le syndicat "continuera d’appeler à la grève". 

C’est dans ce contexte d'une concertation encore en cours qu’Edouard Philippe va débattre ce jeudi soir dans le Jura, à Lons-le-Saunier. Un exercice aussi difficile que crucial. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter