Réforme des retraites : pour Philippe Martinez, le chef de l'Etat "a fait de l'autosatisfaction" durant ses voeux

Réforme des retraites : pour Philippe Martinez, le chef de l'Etat "a fait de l'autosatisfaction" durant ses voeux
Politique

Toute L'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

REACTION - Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a réagi mercredi, au lendemain des voeux du président de la République pour la nouvelle année, en dénonçant l'absence "d'autocritique" sur la réforme des retraites.

Les mots du chef de l'Etat, le 31 décembre au soir, ont laissé le patron de la CGT de marbre. Alors qu'Emmanuel Macron a appelé dans ses vœux à trouver un "compromis rapide" avec les syndicats, Philippe Martinez a rappelé l'opposition totale de son organisation à la réforme des retraites actuellement engagée par le gouvernement. 

"C'est un Président qui a fait de l'autosatisfaction", a dénoncé le secrétaire général de la CGT mercredi sur LCI, regrettant qu'il n'y ait eu "aucune autocritique" dans son allocution. "Il nous a répété que sa réforme était bonne, que le pays allait bien. Il ne doit pas être au courant qu'il y a des manifestations, des grèves, depuis plusieurs mois d'ailleurs", a jugé Philippe Martinez. 

Lire aussi

"C'est du Macron traditionnel"

Pour le leader syndical, le chef de l'Etat a fait "du Macron traditionnel". "C'est 'j'ai raison et ceux qui ne comprennent pas ce que je dis, ce sont des imbéciles' [...] Il parle beaucoup de concertation. Ce sera 'vous m'écoutez, vous êtes d'accord, vous restez, vous n'êtes pas d'accord, vous dégagez'. C'est bien ce qu'a dit M. Macron hier."

Philippe Martinez a rappelé son attachement au système de retraite actuel, dont "la base est la solidarité", que l'exécutif voudrait remplacer par un système "individualisé" dans lequel "on ne sait même pas combien de temps il faudra cotiser". 

Après les vœux présidentiels, Yves Veyrier, numéro 1 de Force ouvrière, syndicat également engagé contre la réforme, a également jugé qu'il n'y avait "pas beaucoup d'espace à la négociation". 

La concertation entre Édouard Philippe et les syndicats doit reprendre le 7 janvier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent