Réforme du Code du travail : et si FO décidait finalement de manifester avec la CGT le 12 septembre ?

TRAVAIL - Alors que le leader de FO, Jean-Claude Mailly, avait jusqu’ici émis de timides critiques sur la réforme du travail, la commission exécutive confédérale du syndicat se montre elle beaucoup plus virulente à l’égard des ordonnances.

"Nombre d’éléments constituent aujourd’hui une régression sociale et sont en tant que tels inacceptables". Jusqu’ici complaisant à l’égard de la réforme du Code du travail, Force Ouvrière a décidé de changer de ton. L’étude approfondie des ordonnances a visiblement donné des sueurs froides aux dirigeants du syndicat. Lundi, la commission exécutive confédérale s’est réunie et les débats ont été "intenses", selon un participant, rapporte Libération.


Si aucune décision n’a pour le moment été prise concernant une éventuelle participation à la manifestation du 12 septembre organisée par la CGT, FO assure qu'elle va examiner les possibilités de recours juridiques contre les points qui "constituent une régression sociale". Parmi eux notamment, le statut des licenciements pour les salariés qui refusent les accords majoritaires d'entreprise, par exemple en matière de rémunération, de durée de travail et de mobilité professionnelle ou géographique.

Dans le nouveau texte, cette procédure ne constitue pas un licenciement pour motif économique. "Cette personne n'aurait pas tout à fait les mêmes droits, notamment pour ce qui est de l'accompagnement", dénonce à Reuters Michel Beaugas. Le gouvernement avait précisé, lors de la présentation des ordonnances jeudi dernier, que ces salariés verraient tout de même leur compte professionnel de formation abondé de 100 heures.

Bien décidé à se faire entendre, le syndicat a également indiqué qu’il votera contre les ordonnances "dans les consultations officielles et obligatoires qui seront organisées, (…) et ce d’autant qu’à la lecture des textes d’autres éléments négatifs apparaissent". Les organisations syndicales, dont FO, doivent en effet être consultées cette semaine au sujet de cette réforme au sein de plusieurs instances paritaires, mais dont l'avis n'est que consultatif.


Fer de lance, avec la CGT, de la mobilisation contre la loi El Khomri en 2016, FO a jusqu'à présent souligné qu'elle ne souhaitait pas se joindre à la mobilisation du 12 septembre. Une position réaffirmée jusqu’avant la publication des ordonnances par Jean-Claude Mailly qui, tout en reconnaissant que "des gens de FO seront dans les manifestations le 12 septembre", a souligné que "la direction (Bureau confédéral) a dit non, pas le 12 septembre".  


Mais à la lecture du communiqué de la commission exécutive confédérale, une participation ne peut plus être totalement écartée. D’autant que FO estime "important que les confédérations syndicales puissent échanger rapidement entre elles sur la situation".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme du code du travail

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter