Réforme territoriale : le coup de colère de Martine Aubry contre le gouvernement

Politique
POLITIQUE - Opposée au rattachement de la Picardie avec le Nord-Pas-de-Calais dans le cadre de la nouvelle carte des régions, Martine Aubry a profité de l'occasion pour critiquer le gouvernement ce vendredi.

Elle se faisait discrète depuis son départ de la direction du PS, en septembre 2012. Cette fois, Martine Aubry sort de silence et dézingue le gouvernement. " Il n'est pas trop tard pour réussir le quinquennat, il n'est pas trop tard pour réussir la réforme de la décentralisation et cette réforme sur les régions", a-t-elle taclé ce vendredi lors d'une conférence de presse dans un restaurant parisien.

"Si depuis deux ans dans tous les domaines on avait eu une grande vision et une méthode, on aurait eu un peu moins de problèmes", a-t-elle jugé . "On a fait de belles choses, on en a loupé d'autres", a-t-elle ajouté, s'excusant d'être "un peu désagréable".

"On n'est pas en train de faire du Monopoly "

"Je ne fais pas de chantage. On ne va pas mettre de bonnets rouges", a poursuivi l'ancienne Premier secrétaire du PS, opposée à la fusion de la région Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie lors de la réforme territoriale discutée cette semaine à l'Assemblée. "Nous voulons avoir le temps de porter une grande réforme qui ait un sens", a-t-elle estimé. "On n'est pas en train de faire du Monopoly ou jouer à Sim's City. On touche aux origines de chacun".

"J’ai défendu chez le Premier ministre le fait que la Picardie devait rester seule le temps que l'on puisse se préparer. Et puis mardi dernier, patatras. Je n’ai jamais vu ça, ni sur le plan républicain, ni sur le plan démocratique", a-t-elle par ailleurs affirmé alors que les députés ont adopté dans la nuit de jeudi à vendredi la nouvelle carte des régions actant la fusion des deux régions.

"Une aberration économique et sociale"

Pire, la maire de Lille a subi un véritable camouflet dans la nuit de jeudi à vendredi : seuls trois députés socialistes ont voté pour le sous-amendement rejetant la fusion Picardie / Nord-pas-de-Calais. Martine Aubry avait fustigé ce mardi dans un communiqué "une aberration économique et sociale".

L'ombre de l'ancienne candidate à la primaire socialiste planait déjà ces derniers temps à l'occasion de fronde d'une partie des députés socialistes contre le gouvernement menée notamment par deux de ses proches, Christian Paul et Jean-Marc Germain. Cette-fois, Martine la silencieuse est en passe de devenir Aubry la frondeuse.


 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter