Régionales : est-ce que "seulement 15% des 18-35 ans" sont allés voter ?

L'abstention a atteint des niveaux inquiétants lors de ce premier tour.

ÉLECTIONS BOUDÉES - Parmi les enseignements du premier tour des régionales, impossible de ne pas mentionner les taux d'abstention massifs enregistrés. Si l'on se penche plus en détails sur les chiffres, les moins de 35 ans sont surreprésentés.

Annoncé au plus haut dans plusieurs régions avant le premier tour des régionales par les instituts de sondage, le Rassemblement national a enregistré des scores décevants par rapport à ceux attendus. Une déconvenue indéniable, comme l'a reconnu Marine Le Pen. Invitée de France Inter ce mardi matin, elle a expliqué que l'abstention avait pénalisé son parti : les classes populaires et les jeunes, a-t-elle indiqué, sont les catégories de la population qui ont le plus boudé le scrutin. Or, il s'agit précisément d'un électorat visé par le RN. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

"Est-ce que vous vous rendez-compte que 15% des 18-35 ans seulement sont allés voter ?", a-t-elle lancé. Ajoutant que l'élection régionale leur est apparue "lointaine". À défaut de disposer de données officielles du ministère de l'Intérieur à ce sujet, on constate que les observations de la députée sont corroborées par les sondeurs. Et que l'âge des votants joue un rôle majeur dans la participation, bien au-delà des seules élections régionales. 

2 Français sur 10 à peine ont voté parmi les 18-35 ans

Inutile de se rendre sur le site du ministère de l'Intérieur pour disposer de données sur l'âge des votants. Si le détail des votes est accessible pour chaque commune et que les taux d'abstention sont facilement accessibles, nous ne disposons pas de statistiques officielles relatives à l'âge des électeurs s'étant déplacés. Pas plus que sur leur catégorie socio-professionnelle ou sur leur vote aux précédentes élections.

Pour cela, c'est vers les instituts de sondage qu'il faut se tourner. Ils ne se contentent en effet pas d'interroger les électeurs sur leurs intentions de vote, mais les consultent aussi après le scrutin pour analyser leurs choix et tenter d'observer les tendances que l'on peut en déduire. Suite au premier tour des régionales, Ipsos s'est notamment penché sur l'âge des votants. L'occasion de constater que 87% des 18-24 ans et 83% des 25-34 ans se sont abstenus. On s'approche bien des 15% de votants évoqués par Marine Le Pen.

Lire aussi

Les résultats obtenus par Ipsos sont confortés par ceux de l'Ifop, qui conclut à une abstention de 82% pour la tranche des 18-35 ans. L'institut avait ciblé précisément les jeunes dans une étude dévoilée à la mi-juin, et cette dernière laissait déjà présager que les jeunes se détourneraient du scrutin. S'ils étaient globalement aux courant que les régionales allaient se tenir, "avoir connaissance du scrutin ne signifie pas forcément s’y intéresser : en effet, le désintérêt est fort parmi les jeunes pour ces élections", écrivait l'institut.

Les résultats montrent que plus l'on vieillit, plus la participation augmente. À titre de comparaison, 60% des plus de 70 ans se sont déplacés pour aller voter. Cette mobilisation croissante avec l'âge n'est pas propre aux régionales puisqu'on l'observe de manière assez significative lors des autres élections. Seule la tranche des 80 ans et plus, lorsqu'elle est prise en compte dans les sondages, apparaît comme moins mobilisée. Ce qui s'explique sans doute davantage par des difficultés à se déplacer que par un désintérêt pour les scrutins.

Le travail des sondeurs à l'issue de ce premier tour permet de constater que l'âge n'est pas le seul facteur à prendre en compte pour l'abstention. Les hommes se sont davantage mobilisés (41% contre 28% des femmes), de même que les cadres et professions intermédiaires. Les ouvriers et employés, eux, se sont légèrement moins mobilisés. Le niveau de vie joue lui aussi un rôle, puisque les personnes considérées comme aisées (2.500 € et plus par mois) ont bien plus pris part au vote que celles les moins favorisées (gagnant moins de 900 € par mois). Les chiffres sont assez nets : 39% de participation contre seulement 22%.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

EN DIRECT - Covid-19 : 59 décès en 24 heures, 1656 patients toujours en soins critiques

Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

Covid-19 : l'épidémie devrait redémarrer "cet automne", prévient Arnaud Fontanet

Crise des sous-marins : la surprenante lettre envoyée par l'Australie à la France

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.