Régionales 2021 : le sursaut de participation n'a pas eu lieu

Régionales 2021 : le sursaut de participation n'a pas eu lieu

ANALYSE - L'abstention record du premier tour des élections régionales s'est confirmée, dimanche 27 juin, où la participation n'est qu'en très légère hausse. Comment l'expliquer ?

Le sursaut n’a pas eu lieu. Les Français n’ont pas été beaucoup plus nombreux que dimanche dernier à aller voter, pour le second tour des élections régionales. A 17h, 27,89% des électeurs s’étaient rendus aux urnes, contre 26,72% dimanche 20 juin. Selon les estimations Ifop Fiducial pour TF1 et LCI, l'abstention devrait atteindre 65,8%, soit à peine moins qu'au premier tour (66,72%). Malgré les appels au vote de personnalités politiques de tous bords, le scrutin a de nouveau été boudé. 

"Il n’y a pas eu de prise de conscience, cette élection a été escamotée dès dimanche par plus de 31 millions de Français", a analysé Frédéric Dabi (Ifop) sur LCI. Parmi les explications à cette abstention confirmée, le directeur général de l'Ifop liste le fait que les Français jugent le vote inutile, pensent déjà à l'été et profitent de la sortie de la crise sanitaire. Il pense également que sa présentation comme une "pré-campagne présidentielle" a fait que "cette élection n’a jamais trouvé sa place alors même que le fait régional a été plébiscité par les Français pendant la crise".

Dans le passé, "un des moteurs de la mobilisation, c’était l’envie de se payer le pouvoir. [...] Là, quand on veut sanctionner Macron, par ailleurs plutôt populaire, il faut voter pour qui ?", a également interrogé Frédéric Dabi. L'abstention a clairement joué en faveur des présidents sortants, issus des partis traditionnels LR et PS.

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

Un petit sursaut en PACA

Des treize régions métropolitaines, seule la Provence-Alpes-Côte-d’Azur enregistre un petit sursaut, avec 32,95% de participation à 17h. Est-ce parce qu'il s'agissait également de la seule à connaître un duel qui s'annonce serré, entre les ex-frères ennemis Thierry Mariani (ex-LR devenu RN) et Renaud Muselier (LR) ? "C’est la seule région où il y a un duel, et un duel, c’est facile", a confirmé Frédéric Dabi sur LCI. 

Lire aussi

Dans les régions où les présidents sortants étaient peu inquiétés, est-ce le manque d'enjeu qui a poussé les électeurs à rester chez eux ? C'est ce qui pourrait expliquer les faibles taux de participation dans le Grand Est, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Ile-de-France. En revanche, malgré les faibles enjeux la participation a été plus importante en Bretagne, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. Mais la façade atlantique vote traditionnellement plus que le reste de la France métropolitaine.

 

Seule la Corse enregistre de forts taux de participation (48,61% à 17h), mais le scrutin est un peu différent sur l'île de Beauté. Il s'agit d'élections territoriales destinées à renouveler les membres de l'assemblée de la collectivité territoriale unique de Corse. Et sur ce territoire également, la participation est toujours plus élevée qu'ailleurs. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours d'école ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.