Régionales 2021 : quels sont les candidats et les enjeux politiques en Bretagne ?

Le siège du conseil régional de Bretagne, à Rennes, en 2015.

SCRUTIN DES 20 ET 27 JUIN - La bataille des régionales en Bretagne a pris la forme d'une guerre de succession faisant planer l'ombre de Jean-Yves Le Drian, ancien président de la région et ministre des Affaires étrangères. Le conflit entre le président PS sortant Loïg Chesnais-Girard et Thierry Burlot (LaREM) pourrait placer Gilles Pennelle (RN) en tête du premier tour. État des lieux.

C'est l'histoire d'une guerre de succession aux conséquences inattendues. Les élections régionales en Bretagne voient s'affronter deux héritiers de Jean-Yves Le Drian, ancien patron de la région et actuel ministre des Affaires étrangères, dans un affrontement inédit qui pourrait voir le RN propulsé en tête du scrutin à l'issue du premier tour. L'occasion de rappeler qui sont les candidats en lice et quels sont les principaux enjeux politiques dans cette région. 

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

Quelles sont les principales têtes de listes ?

Loïg Chesnais-Girard, 44 ans. Le président socialiste sortant, ex-cadre du Crédit lyonnais, conseiller régional depuis 2010, ancien maire de Liffré (2008-2017), avait pris la succession de Jean-Yves Le Drian en 2017, lorsque ce dernier, déjà ministre sous François Hollande, avait été nommé aux Affaires étrangères par Emmanuel Macron. Il a poursuivi le travail de son prédécesseur à la tête d'une majorité composite, mettant notamment la culture et l'environnement en tête de ses priorités. 

Thierry Burlot, 61 ans. Cet autre fidèle de Jean-Yves Le Drian conduit la liste LaREM dans la région. Ancien maire de Pléguien, il a rejoint la majorité régionale lors de l'alternance, en 2004, avant d'assumer, à partir de 2010, la vice-présidence à l'environnement, où il a revendiqué "une écologie de l'action"

Gilles Pennelle, 58 ans. Membre du bureau national du RN, il dirige l'opposition du parti de Marine Le Pen en Bretagne. Cet adhérent historique de l'ex-FN (1987) a été conseiller municipal à Rouen, puis conseiller régional de Haute-Normandie de 1992 à 2004, avant d'être la tête de liste du parti en Bretagne en 2015. Lors de ce scrutin, il avait frôlé les 19% des suffrages au second tour. 

Isabelle Le Callennec, 54 ans. Tête de liste LR, l'ancienne députée d'Ille-et-Vilaine, élue maire de Vitré en 2020, l'ancienne collaboratrice de Pierre Méhaignerie conduit la liste de la droite aux élections régionales. En 2016, elle avait apporté son soutien à la candidature de François Fillon lors de la primaire de la droite pour la présidentielle. En 2013, elle s'était opposée à l'instauration du "mariage pour tous".

Claire Desmares-Poirrier, 36 ans. Tête de liste EELV, issue d'un milieu ouvrier en Haute-Normandie, engagée dans l'écologie depuis ses années d'étude à Science Po Lille, elle a notamment œuvré dans l'humanitaire auprès des demandeurs d'asile, et travaillé au sein du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Installée en Bretagne depuis dix ans, elle a repris une ferme où elle cultive, avec son conjoint, des plantes aromatiques et médicinales. 

Parmi les têtes de listes figurent également Pierre-Yves Cadalen (LFI), l'un des artisans du projet de Constituante porté par Jean-Luc Mélenchon, et Daniel Cueff, l'ancien maire de Langouët qui s'était illustré par sa bataille contre les pesticides, et porte une liste "Bretagne ma vie". 

Lire aussi

Quels sont les enjeux politiques ?

La campagne des régionales en Bretagne a été marquée par l'affrontement entre les deux anciens dauphins de Jean-Yves Le Drian, Loïg Chesnais-Girard et Thierry Burlot, qu'il n'a jamais voulu départager. Une division qui favorise considérablement le RN dans la perspective du premier, voire du second tour, et qui a suscité un appel de l'ancien président de région. 

Jean-Yves Le Drian a en effet appelé ses deux successeurs, le 13 juin dans Ouest-France, à se rassembler au soir du premier tour face au "danger réel" que représente la candidature RN de Gilles Pennelle. "L'amour et l'avenir de la Bretagne valent bien une paix des braves", a plaidé le ministre... Qui récuse par ailleurs une alliance avec les écologistes. 

Que disent les sondages ?

Parmi les dernières enquêtes réalisées, le sondage Ipsos pour France 3, publié le 9 juin, place le candidat RN en tête du premier tour avec 20% des intentions de vote, devant Loïg Chesnais-Girard et Thierry Burlot (19% chacun). La liste LR arrive en 4e position (14%), suivie d'EELV (12%) et de LFI (5%). Selon les scénarios de second tour, le président PS sortant pourrait emporter la bataille lors d'une quadrangulaire, mais une victoire surprise du RN n'est pas à exclure. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés a plus que triplé en une semaine

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : que signifie concrètement le plan blanc, activé en Corse, Paca et Occitanie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.