Régionales 2021 : quels sont les candidats et les enjeux politiques dans le Grand Est ?

Régionales 2021 : quels sont les candidats et les enjeux politiques dans le Grand Est ?

SCRUTIN DES 20 ET 27 JUIN - Le président LR sortant Jean Rottner est engagé dans une campagne délicate pour sa réélection, face à un concurrent RN susceptible de créer la surprise si la candidate de la majorité présidentielle, la ministre Brigitte Klinkert, venait à se maintenir au second tour.

On l'imaginait réélu, comme plusieurs présidents de droite sortants, à l'occasion de ce scrutin des élections régionales. À quelques jours du premier tour, le président LR sortant de la région Grand Est, Jean Rottner, mène pourtant une campagne délicate et plus complexe que prévu. État des lieux avant le scrutin.

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

Quelles sont les principales têtes de listes ?

Jean Rottner, 54 ans. Président LR sortant de la région Grand Est depuis 2017 - il avait succédé à Philippe Richert, démissionnaire -, il a également été le maire de Mulhouse entre 2010 et 2017. Urgentiste de profession, il a successivement adhéré à l'UDF, à l'UMP puis à LR et a soutenu Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite en 2016. Il avait milité pour le maintien de la région Alsace, avant de se rallier à la création de la région Grand Est lorsqu'il a pris la présidence de cette nouvelle entité. Son visage est mieux connu des Français depuis le début de la crise sanitaire, sa région ayant été particulièrement meurtrie par la première vague du Covid-19. 

Laurent Jacobelli, 51 ans, tête de liste RN. Ancien producteur dans l'audiovisuel - il a notamment dirigé les programmes de TV5 Monde de 2005 à 2008 -, il a d'abord œuvré comme secrétaire général adjoint au sein du mouvement souverainiste Debout la France, dont il a conduit des listes aux européennes de 2014, puis aux régionales de 2015 dans le Grand Est. Il a rejoint Marine Le Pen en mai 2017, et s'est présenté sous les couleurs de l'ex-FN aux législatives dans les Bouches-du-Rhône. Figure médiatique bien connue des chaînes d'information, il s'occupe de la communication du RN. 

Brigitte Klinkert, 64 ans. La candidate de la majorité présidentielle, ex-LR, a président le conseil départemental du Haut-Rhin de 2017 à 2020, avant de rejoindre le gouvernement comme ministre déléguée à l'insertion. C'est à la tête de l'exécutif alsacien qu'elle a signé, en octobre 2018, un accord avec Jean Rottner et le gouvernement entérinant la création de la Collectivité européenne d'Alsace. 

Eliane Romani, 63 ans, tête de liste EELV-PCF-PS. Orthophoniste de profession, engagée dans l'action associative, elle est entrée en politique lors des municipales de 2001 à Thionville (Moselle), avant de devenir quelques années plus tard adjointe à l'urbanisme et à l'environnement dans cette commune. 

Aurélie Filippetti, 47 ans, tête de liste Générations-LFI-Place Publique. Ancienne ministre de la Culture de François Hollande, députée PS jusqu'en 2017, elle est membre de Générations, le mouvement fondé par Benoît Hamon. Elle a lancé l'Appel inédit, en décembre 2020, avec la députée LFI Caroline Fiat et la conseillère régionale PS Pernelle Richardot, pour tenter d'unir les forces de gauche dans la région. 

Florian Philippot, 39 ans. Ancien vice-président du FN, il a fondé le mouvement Les Patriotes après son divorce politique de Marine Le Pen au lendemain de la présidentielle de 2017. Tête de liste FN en 2015, il était parvenu en tête du premier tour. Candidat pour son propre parti lors des européennes de 2019, il n'a recueilli que 0,65% des voix dans sa circonscription. Dans le cadre de la crise du Covid-19, il dénonce la législation d'urgence sanitaire et soutient les mouvements anti-masques. 

Lire aussi

Quels sont les enjeux politiques ?

Depuis le début de la campagne, Jean Rottner a pris soin, à l'inverse d'un Renaud Muselier en Paca, de tenir à distance tout scénario d'alliance avec la majorité présidentielle. Si son profil avait, un temps, été considéré comme susceptible d'entrer au gouvernement, le président sortant du Grand Est, qui doit faire face à la grogne de l'ancienne ministre de Nadine Morano, insatisfaite de la liste, a assuré qu'il se maintiendrait, au premier comme au second tour. S'il était considéré jusqu'ici comme le favori du scrutin, la concurrence de la candidate LaREM Brigitte Klinkert, susceptible d'être présente au second tour, pourrait le placer dans une position délicate à l'égard du candidat du Rassemblement national, Laurent Jacobelli. 

Que disent les sondages ?

Selon un sondage Ipsos Sopra Steria pour France 3 publié le 9 juin, Jean Rottner serait susceptible d'arriver en tête du premier tour avec 27% des suffrages, devant le RN (25%), LaREM (14%) et l'union EELV-PS-PCF (14%). Toutefois, le sondage teste plusieurs scénarios de second tour, dont une quadrangulaire qui donnerait la victoire à Laurent Jacobelli (RN) en cas de maintien de Jean Rottner, de Brigitte Klinkert et d'Eliane Romani. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 19.600 nouveaux cas en 24h, forte hausse des hospitalisations

Immersion dans les coulisses d'un camping de luxe dans l'Hérault

Star de TikTok, Anthony Barajas meurt à 19 ans après une fusillade dans un cinéma californien

Covid-19 : Pfizer et Moderna augmentent les prix de leurs vaccins pour l'Europe

Iran-Israël : l'attaque meurtrière d'un pétrolier en mer d'Oman ravive les tensions

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.