Régionales en Ile-de-France : la gratuité des transports en commun est-elle viable ?

Régionales en Ile-de-France : la gratuité des transports en commun est-elle viable ?

ÉCOLOGIE - Mesure phare de la candidate aux régionales en Ile-de-France Audrey Pulvar, la gratuité des transports se révèle une "illusion" pour son adversaire Valérie Pécresse. Viabilité et efficacité écologique : que disent les études menées sur le sujet ?

"Face à l'urgence sociale et climatique, le temps des petits pas est révolu (...) C'est pourquoi nous soutenons la gratuité des transports en commun du quotidien." Voilà ce qu'écrivent des élus de gauche ce dimanche 11 avril dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche. Parmi eux les maires socialistes de Paris et Montpellier Anne Hidalgo et Michaël Delafosse, et la candidate aux régionales en Ile-de-France soutenue par le PS, Audrey Pulvar. Cette dernière défend cette idée depuis l'officialisation de sa candidature en janvier dernier et en a fait sa mesure phare.

Sa principale adversaire Valérie Pécresse (Libres !, ex-LR), actuelle présidente de la région Ile-de-France, y est opposée. "C'est une illusion", a-t-elle répétée ce lundi 12 avril sur franceinfo. "Une illusion parce que la gratuité ça n’existe pas, il y a toujours quelqu'un qui paye. Les voyageurs payent aujourd’hui 4 milliards d’euros, les entreprises 4 milliards d’euros. Vous voulez doubler les impôts des entreprises ? Une taxe sur les salaires de 6% ?", a-t-elle déclaré. 

Elle conteste également l'argument écologique : "Nous avons fait une étude indépendante qui prouve que si les transports étaient gratuits en Ile-de-France, seulement 2% des automobilistes lâcheraient leurs voitures", a-t-elle noté. "Ils prennent leur voiture parce qu’ils n’ont pas assez de transports en commun, donc la réponse écologique à la situation des transports en Ile-de-France c’est plus d’investissement, plus de financement pour plus de transports", a-t-elle ajouté.

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

L'étude citée par Valérie Pécresse datant d'octobre 2018 conclut en effet que "la gratuité des transports en commun aurait un effet minime sur la baisse du trafic routier et l’amélioration de la qualité de l’air", puisque "90 % des automobilistes mettraient plus de temps en transport en commun qu’avec leur voiture" et donc seulement 2% l'abandonneraient au profit des transports. Aussi, la gratuité des transports engendrerait 6 à 10% de fréquentation supplémentaire, et "dégraderait rapidement l’ensemble des lignes de transports en commun" et la qualité du service, poursuit l'étude.

En 2018, l'étude estimait à 500 euros la "hausse de fiscalité en moyenne par an et par ménage francilien" pour mettre en place une telle mesure, se basant sur le montant des contributions voyageurs en 2016, soit 2,5 milliards d'euros. Valérie Pécresse ayant indiqué ce lundi que les voyageurs payaient aujourd'hui 4 milliards d'euros, la hausse de la fiscalité pourrait aujourd'hui être plus importante.

Privilégier la gratuité pour des publics ciblés

En 2019, une mission d'information du Sénat sur le thème "Gratuité des transports collectifs : fausse bonne idée ou révolution écologique et sociale des mobilités ?" avait, elle aussi, conclu que la gratuité des transports en commun n'était pas souhaitable. Alors qu'en France des communes comme Aubagne, Calais ou Gap ont mis en place la gratuité des transports, elle "demeure pour l’heure difficilement envisageable dans les métropoles dotées de modes de transports lourds (trains, RER, métro) comme Paris, Lyon ou Bordeaux"

Lire aussi

La Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports (Fnaut) estime qu'à la gratuité totale des transports en commun la gratuité pour ceux qui en ont besoin est préférable. En 2018, plus d’un million de franciliens bénéficiaient de tarifs réduits ou de la gratuité pour les abonnements. A Paris depuis la rentrée 2020, la gratuité s'applique également aux moins de 18 ans, via le remboursement de leur passe Navigo par la mairie. 

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Un morceau de fusée chinoise continue sa chute vers la Terre, sans que l'on sache sa destination

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation poursuit sa baisse

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Avignon : qui était le policier abattu ?

Nick Kamen, l'ex-protégé de Madonna, est mort à 59 ans

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.