Régionales IDF : Valérie Pécresse demande un fonds européen pour accueillir les migrants

Régionales IDF : Valérie Pécresse demande un fonds européen pour accueillir les migrants

DirectLCI
POLITIQUE - Tous les lundis à 8h30, metronews s'associe à France Bleu 107.1 pour interviewer un invité politique. Cette semaine, Valérie Pécresse, candidate Les Républicains aux élections régionales, a répondu aux questions de Sylvain Tronchet et de Vincent Michelon.

L'ESSENTIEL

► La situation des migrants du boulevard de la Chapelle
Une compensation financière pour les maires franciliens. Valérie Pécresse, députée des Yvelines et candidate Les Républicains (LR) aux élections régionales, a plaidé lundi matin pour la création d'un Fonds européen pour aider les élus locaux face à l'afflux de migrants érythréens et soudanais en Ile-de-France. "L'Europe devrait prendre ses responsabilités, affirme l'élue. Le coût d'accueil des migrants est déraisonnable, surtout quand il pèse sur les petites communes qui n'ont pas les ressources. Toutes ces personnes qui ne règlent pas la facture de leur présence sur le territoire, c'est aux communes de le faire. Il faut donc un Fonds européen pour l'accueil et l'hébergement". Actuellement, deux ressources existent déjà au niveau de l'Union européenne : le Fonds Asile Migration et intégration (Fami) et le Fonds Sécurité Intérieure (FSI) .

La candidate aux régionales a également ciblé le gouvernement français "qui a choisi d'éparpiller le problème plutôt que le résoudre", des migrants ayant été orientés vers les dispositifs d'hébergement en banlieue, et pas seulement à Paris. "Plus largement, estime Valérie Pécresse, "nous devons organiser de manière très ferme un blocus en Méditerranée pour empêcher l'arrivée de ces migrants sur le sol européen et les raccompagner chez eux. Il faut casser le modèle économique des passeurs."

À LIRE AUSSI
>> Valérie Pécresse : "Je veux être la candidate des solutions" >> Pécresse : "Il faut une femme pour faire le ménage"

>> Régionales IDF : Huchon se rallie à son tour à Bartolone

► Une campagne contre "les injustices" sur le territoire francilien
Valérie Pécresse défend un "pacte régional en faveur des territoires ruraux". "Le sujet, explique-t-elle, ce sont les oubliés de la politique régionale. Parmi eux, il y a ceux des zones rurales. On dépense aujourd'hui 71 euros par habitant à Paris et en petite couronne, 41 euros en grande couronne, et seulement 29 euros par habitant en Seine-et-Marne. Les habitants de ce département se sentent oubliés du Grand Paris, des réseaux de transports, du développement économique."

L'union ou pas avec l'UDI de Chantal Jouanno ?
Jean-Christophe Lagarde, le patron de l'UDI, lançait ce week-end un ultimatum aux Républicains pour trouver un accord pour des alliances dès le premier tour aux régionales partout en France. En Ile-de-France, les discussions patinent. "Avec Chantal Jouanno, nous sommes sur des lignes très proches, assure Valérie Pécresse. Je suis pour l'union le plus tôt possible. Le blocage est national : il y aura un accord partout ou nulle part." Sur le fond, assure la députée, "nous partageons deux urgences avec Chantal Jouanno : une urgence sociale et une urgence écologique".

► Valérie Pécresse va-t-elle appliquer sa "charte éthique" à Puteaux, commune ciblée pour l'opacité dans l'attribution de ses logements sociaux ?
"Je n'accuse pas les gens sans preuve et je ne me substitue pas à la justice de mon pays. La gestion des autres est la gestion des autres. Moi, j'ai choisi de faire une charte éthique pour la région  : je diviserai par trois les véhicules de fonction, je déménagerai le siège de la région des hôtels particuliers du 7e et la présidente de la commission logement ne s'attribuera pas un logement social. Ce sera ma charte éthique et celle de mes colistiers."

L'intégrale du Lundi politique avec Valérie Pécresse en vidéo :

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter