Régionales : Jean Rottner (LR) fustige les "clins d'oeil au RN" de Nadine Morano

Régionales : Jean Rottner (LR) fustige les "clins d'oeil au RN" de Nadine Morano

INTERVIEW - Invité de LCI ce mercredi, le président de la région Grand-Est a égratigné Nadine Morano à qui il reproche ses "contradictions" et sa proximité avec le Rassemblement national.

Invité de LCI ce mercredi, Jean Rottner a asséné un tacle appuyé à l'encontre de la députée européenne Nadine Morano. Le président LR de la région Grand-Est, candidat à sa réélection a fustigé les "contradictions" de celle qu'il présente comme "l'enfant terrible de la droite". "Elle est invitée partout pour s'agiter, réclamer ma tête. Il y a un mois, elle voulait être tête de liste (aux élections régionales, NDLR) [...] mais je ne suis pas d'accord avec elle, ses thématiques", pointe-t-il, acide. "Nadine Morano fait des clins d'œil, se rapproche du Rassemblement national. C'est la grande différence entre elle et moi", assène l'élu. 

Toute l'info sur

L'interview Politique

"Le quartier général du retour à la vie normale"

Plus largement, Jean Rottner a aussi abordé les élections régionales à venir. "Je souhaite faire de la région Grand-Est le quartier général du retour à la vie normale et de la relance", argue-t-il, ambitieux. Pour cela, les "compétences économiques" mais aussi "vis-à-vis des jeunes", "en matière de mobilité, de développement durable […] et d’agriculture" seront des facteurs importants, estime le représentant LR. "Il ne faut surtout pas se tromper d’élections, ce sont des élections régionales, départementales et donc un scrutin local. On n’est pas en train de faire le match de 2022. C’est s’occuper de la vie quotidienne des gens qui est important", assène-t-il également. 

Lire aussi

Interrogé sur la possibilité d'une alliance au second tour des élections régionales pour faire front contre le Rassemblement national, annoncé en tête au premier tour, Jean Rottner est resté flou. "Je fais tout pour gagner […] et être en tête à l’issue du premier tour", indique-t-il, soulignant que "cette question ne se pose pas aujourd’hui". Toutefois, s'il est mis en ballotage à l'issu du premier tour, l'élu pourrait être amené à revoir sa position. Dans cette situation, "on verra" s'il faut s'ouvrir à d'autres partis et notamment LaREM, écarte-t-il. 

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.