Régionales : la gauche étale ses divisions à coups de référendum

Régionales : la gauche étale ses divisions à coups de référendum
Politique

LE PLAISIR DE DIRE OUI - Les militants de gauche étaient appelés à voter au référendum sur l'unité imaginé par le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis. A deux mois d'un scrutin régional qui s'annonce difficile pour la gauche, des personnalités, notamment d'EELV proposent un contre-référendum.

A deux mois des élections régionales, la gauche se disperse pour un oui ou pour un non. Alors que le patron du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, propose aux sympathisants de gauche de s'exprimer, mi-octobre, sur "l'unité de la gauche et des écologistes" pour le scrutin de décembre, voici que des personnalités de gauche lui renvoient… un contre-référendum.

La consultation, baptisée " oui à une politique de gauche ", sera organisée pile aux mêmes dates que celle du PS sur " l'unité de la gauche ", soit les 16, 17 et 18 octobre. Plus qu'un pied de nez, c'est un avertissement au PS pour les trois initiateurs, Julien Bayou, Elliot Lepers (EELV) et Caroline de Haas (ex-PS). "Notre idée est de dénoncer le chantage à la peur du FN que véhicule le référendum de Jean-Christophe Cambadélis", explique à metronews Julien Bayou, porte-parole d'EELV. "Les militants socialistes, on préférerait qu'ils soient sur le terrain à défendre leur programme plutôt qu'à perdre le temps, trois jours durant, à côté d'une urne pour organiser ce référendum", argumente conseiller régional. Pour qui, à deux mois du scrutin, la gauche doit parler "à l'ensemble des électeurs" et non simplement à la gauche seule, en quête d'un accord de premier tour qui semble désormais impossible. "Ce référendum du PS est une profonde erreur qui fracture les partenaires de gauche", conclut le conseiller régional.

Le Parti de gauche pas emballé

Dans l'entourage de Jean-Christophe Cambadélis, on préfère retenir que l'initiative de ce "contre-référendum" ne vient pas des instances d'EELV, mais qu'il s'agit d'une initiative isolée de trois personnalités.

Le contre-référendum sur la "vraie politique de gauche" séduira-t-il la gauche de la gauche ? Pas vraiment, à entendre le porte-parole du Parti de gauche, Eric Coquerel. "On ne peut pas donner aux gens l'illusion que ce gouvernement peut mener une politique de gauche", argumente ce dernier auprès de metronews. Je n'ai rien contre l'initiative de ces personnalités écologistes, mais la meilleure manière de faire passer le message, c'est encore d'aller voter en décembre pour nos listes de rassemblement citoyen. Cette manie du référendum permet en tout cas de clarifier une chose : à deux mois des régionales, face à une droite unie au centre depuis déjà quatre mois, la gauche semble plus éclatée que jamais.

À LIRE AUSSI
>> Régionales IDF : un sondage donne Pécresse gagnante en Ile-de-France
>> En Seine-et-Marne, une mairie stocke illégalement des tracts pro-Pécresse

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Débat Trump/Biden : "C’est incroyable de voir des visions aussi radicalement opposées s’exprimer aussi calmement"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent