Régionales : la rébellion de l'UDI contre des candidats Les Républicains

Régionales : la rébellion de l'UDI contre des candidats Les Républicains

Politique
DirectLCI
LISTES ELECTORALES - Le bureau exécutif de l'UDI a sonné la révolte contre deux candidats investis par Les Républicains mais qui n'ont pas joué le jeu de l'alliance avec les centristes.

Les premières lignes de fracture apparaissent entre l'UDI et Les Républicains. Mardi soir, le parti centriste a annoncé qu'il retirait son investiture au candidat de la droite en Bretagne, Marc Le Fur, et qu'il laissait ses adhérents décider de soutenir ou non la liste emmenée par Dominique Reynié en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon.

Dans les deux cas, le problème est le même : le candidat investi par Les Républicains n'a pas joué le jeu de l'alliance avec l'UDI, réduisant la présence de celui-ci à la portion congrue. "Marc le Fur n'a pas cherché de véritable accord avec nous", explique ainsi Jean-Christophe Lagarde, le président du parti centriste. "Il a décidé de passer en force", considérant les centristes "comme quantité négligeable" et "choisissant ses candidats", a-t-il encore regretté, ajoutant que les militants étaient "fous furieux" contre la tête de liste en Bretagne. La décision de retirer l'investiture UDI a été prise lors d'un bureau exécutif à l'unanimité des présents moins une voix contre, celle du député d'Ille-et-Vilaine Thierry Benoit, a-t-il précisé.

"Je n'ai pas vocation à être une serpillière"

Même problème pour Dominique Reynié, dont la liste déposée en préfecture présente de nombreux changements par rapport à celle qui avait été validée par Les Républicains. En comparant les deux, on constate que des noms ou des places ont été modifiés dans six départements. Le bureau exécutif de l'UDI a décidé mardi de "laisser entière liberté" aux militants locaux de soutenir ou non la liste menée par Dominique Reynié, qui dans un premier temps faisait une plus grande part aux centristes. "Une partie ne veut plus entendre parler de Monsieur Reynié, une autre veut faire des recours contre lui, et une autre encore a peur que tout cela profite à l'extrême droite", se justifie Jean-Christophe Lagarde.

Parmi les plus fervents opposants au chef de file des Républicains se trouve Jean-François Daraud, à qui devait échoir la 7e place dans ce département et dont le nom a été enlevé de la liste au dernier moment. Il envisage désormais une action en référé pour faire retirer le logo de l'UDI du matériel de campagne de Dominique Reynié. "Je n'ai pas vocation à être une serpillière ou un paillasson", résume-t-il.

A LIRE AUSSI
>>
Tout savoir sur les élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
>>
Tout savoir sur les élections en Bretagne
>> Retrouvez tout notre dossier consacré aux élections régionales

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter