Régionales : Nicolas Sarkozy remet Dominique Reynié en place

Régionales : Nicolas Sarkozy remet Dominique Reynié en place

DirectLCI
AUTORITÉ - Dominique Reynié, tête de liste LR en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées avait modifié ses listes sans l'accord de son parti. En meeting, Nicolas Sarkozy a séchement recadré les choses.

Chez Les Républicains, on ne prend pas impunément Nicolas Sarkozy à revers. Alors que ses listes pour les régionales avaient été validées par le parti, Dominique Reynié, tête de liste en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a décidé de les modifier en catimini, au profit de ses soutiens, avant de les déposer officiellement. Une entourloupe qui aurait rendu fou de rage Nicolas Sarkozy et son entourage.

Un meeting pour les recadrer tous

En marge du meeting, Le Monde rapporte qu'un proche de l'ancien Président aurait déclaré: "Il se fout de la gueule du monde et se croit tout permis ! Mais on ne fait pas ce que l’on veut ici. Il y a des règles". Un message que Nicolas Sarkozy a clairement fait passer dans son discours du samedi 7 novembre. Alors que Dominique Reynié était assis au premier rang, le patron de l'ex-UMP a demandé aux candidats LR de "respecter cette étiquette et votre famille politique (...) C’est bien de vouloir avoir l’investiture de notre famille politique, mais une fois qu’on l’a, ne l’oubliez pas ! Ce serait manquer de respect à tous ceux qui auraient pu être candidats".

Nicolas Sarkozy a ensuite rappelé, en regardant Dominique Reynié assis au premier rang, qu'il attachait "beaucoup d’importance au respect de la parole donnée" et de marteler: "Ce n’est pas une auberge espagnole, ici. Il y a une discipline et une organisation !"

Et sur les listes les lier

L'enjeu de ce recadrage public est double pour Nicolas Sarkozy. Il s'agit d'abord de ne laisser passer aucune dissension qui pourrait fragiliser les candidatures de droite en région. Car l'incartade de Dominique Reynié pourrait coûter le soutien de l'UDI qui avait ratifié les listes présentées et s'estime aujourd'hui flouée. Le deuxième enjeu concerne le deuxième tour. Dans certaines régions va se poser le question du choix en cas de duel PS-FN.

Un choix que Nicolas Sarkozy devra faire, et faire respecter par ses candidats. Sans choisir le PS, il a aujourd'hui affirmé qu'il n'y aurait "jamais" d'alliance avec le FN, et que son parti n'avait "rien en commun" avec celui de Marine Le Pen. Il devra s'assurer que ses têtes de liste suivent cette position.

EN SAVOIR +
>> Régionales 2015 : tout savoir en Languedoc-Roussilon-Midi-Pyrénées
>> Retrouvez tout notre dossier consacré aux élections régionales

 

Plus d'articles

Sur le même sujet