Régionales : quand Valérie Pécresse achète illégalement de la pub sur Twitter

Régionales : quand Valérie Pécresse achète illégalement de la pub sur Twitter

DirectLCI
ILE-DE-FRANCE – Le compte Twitter de la candidate Les Républicains aux élections régionales de décembre s'est payé dimanche un message sponsorisé contre son adversaire socialiste Claude Bartolone. Oubliant que l'achat de publicités est formellement interdit par le code électoral en période de campagne…

C'est ce qu'on appelle une belle bourde. En pleine campagne pour les élections régionales de décembre prochain en Ile-de-France, le compte Twitter de Valérie Pécresse (Les Républicains, LR) s'est livré dimanche à une opération de promotion consistant à sponsoriser l'un de ses messages. Le principe est simple, et accessible à n'importe quel twitto pourvu d'une carte de crédit : il s'agit, moyennant finances, de faire remonter le tweet choisi en haut du fil d'utilisateurs ciblés.

Le problème, c'est que durant les six mois précédant l'élection, ce procédé est… interdit par le code électoral ! Concernant les régionales, le mémento du ministère de l'Intérieur à l'usage des candidats précise ainsi : "Il est interdit de recourir, à des fins de propagande électorale, à tout procédé de publicité́ commerciale par voie de presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle (...) depuis le 1er juin 2015". Et de préciser que cette interdiction s’applique "à tous les procédés de publicité́ couramment employés sur Internet (achat de liens sponsorisés ou de mots-clefs, ou référencement payant notamment)".

L'équipe de Pécresse plaide "une erreur individuelle"

Alors, l'équipe de campagne de Valérie Pécresse n'a-t-elle pas lu le règlement ? Dans l'entourage de la candidate, on plaide "une erreur individuelle". "Quelqu’un a pensé bien faire en sponsorisant ce tweet en fin de journée mais dès que nous avons pris connaissance de cette erreur dimanche soir, nous l'avons réparée", indique-t-on à metronews. Tout en reconnaissant cette erreur, donc, l'équipe de campagne souligne que "Valérie Pécresse n'a jamais, même en dehors des périodes électorales, eu recours à l'achat de publicités sur Facebook ou Twitter, et qu'elle n'en a d'ailleurs pas besoin au vu de l'audience de ses tweets."

Du côté de l'équipe adverse, on ne compte pas laisser la droite s'en sortir si facilement. Luc Carvounas, directeur de campagne du candidat socialiste Claude Bartolone, a ainsi interpellé Twitter pour avoir confirmation de l'utilisation du procédé. Et compte bien, annonce-t-il à metronews, en référer à la commission nationale des comptes de campagne. Une procédure s'ajoutant à la plainte en diffamation qui, nous confirme-t-il, sera lancée "d'ici à mardi matin" au sujet du fond du tweet…

Plainte en diffamation contre Geoffroy Didier

Le lien sponsorisé renvoyait en effet à un message de Geoffroy Didier, conseiller régional LR, affirmant : "Bartolone déclare avoir pour 'boussole' Tariq Ramadan. Celui qui se contentait d'un 'moratoire' de la lapidation des femmes". Une référence à la réponse de Claude Bartolone dimanche, interrogé par Radio J sur "la montée du salafisme dans certains quartiers" : "Qu’il y ait des poches qui existent - et il faut les combattre - c’est tout à fait vrai. (…) Il y a une phrase que j’ai toujours en tête et qui me sert de boussole dans mon engagement politique. C'est celle issue de la pensée de Monsieur Ramadan qui tenait ce discours en direction des enfants issus de l'immigration : 'Vous ne serez plus jamais Sénégalais, Marocains, Algériens, Tunisiens, Égyptiens mais vous ne serez jamais Français donc vous êtes musulmans'. Et il leur présente cette idée d’appartenir à une religion - ce que permet, et heureusement, un État laïc - comme une identité de substitution. Et là il faut y être très attentif."

Contrairement à ce qu'affirme l'élu LR, le socialiste ne valide donc pas l'analyse de Tariq Ramadan. Au contraire, il met en garde contre elle. Une diffamation, plaide l'équipe de Claude Bartolone, dont la plainte visera nommément Geoffroy Didier. Lequel persiste et signe sur Twitter : "Oui, Bartolone a bel et bien parlé de 'boussole' concernant Tariq Ramadan ! (...) Pour nous, Les Republicains, les positions de Tariq Ramadan sont un repoussoir, pas une boussole !" Sauf qu'une boussole peut être utilisée pour suivre une direction ou bien… son exact opposé.

A LIRE AUSSI
>> Régionales IDF : en Seine-et-Marne, une mairie stocke illégalement des tracts pro-Pécresse

>> Pécresse : "Je veux être la candidate des solutions"
>> Sondage : Pécresse et Bartolone au coude à coude, le FN en embuscade

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter