A peine nommée porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye déjà rattrapée par des casseroles

Politique

CASSEROLES - La nouvelle porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a tenu son premier point presse post-Conseil des ministres ce lundi. Nommée dimanche soir, elle essuie déjà de nombreuses critiques. D’anciennes déclarations, notamment, ne passent pas auprès des adversaires de la majorité.

Le grand public l’a découverte dans le documentaire de Yann L’Hénoret, Emmanuel Macron, les coulisses d’une victoire. La jeune femme de 39 ans y est omniprésente, défend bec et ongles son candidat, et n’hésite pas à remonter les bretelles ou faire pression sur des journalistes dont elle n’apprécie pas le travail. "Faites votre boulot les gars aussi. Non mais là, ça me saoule. Franchement, là, je suis saoulée. C’est pas du travail de journaliste, c’est du travail de sagouin", l’entend-on d’ailleurs dire à un journaliste des Inrocks

Des méthodes de travail musclées traduisant la volonté de celle qui vient d'être nommée porte-parole du gouvernement en remplacement de Benjamin Griveaux de tenir la presse loin d'un chef de l’Etat encore "jupitérien", illustrant son tempérament et son franc-parler. 

Lire aussi

Quelques mois plus tard, alors qu’elle gère le service communication de l’Elysée, elle fait à nouveau parler d’elle lorsqu’un journaliste lui demandant confirmation de la mort de Simone Veil révèle qu’elle lui aurait répondu : "Yes, la meuf est dead." Si elle assure à LCI que "le SMS est totalement faux", le mal est fait. 

Voir aussi

En juillet 2017, un article de L’Express assure que cette proche du président de la République, à ses côtés depuis ses débuts, assume de ne pas dire la vérité pour le défendre. "J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président", aurait-elle déclaré au journaliste de l’hebdomadaire, même si elle avait là-aussi démenti avoir tenu de tel propos. Des propos qui, aujourd’hui, refont inévitablement surface. 

Du pain béni pour l'opposition

Un photomontage reprenant la phrase citée par L’Express à côté de la nouvelle porte-parole du gouvernement est d’ailleurs largement relayé sur les réseaux sociaux, notamment par les membres du Rassemblement national et sa tête de liste pour les élections européennes Jordan Bardella. Sur Twitter, il a accompagné le photomontage de cette légende : "Les donneurs de leçons macroniens, autoproclamés pourfendeurs de #FakeNews, viennent donc de nommer comme porte-parole du gouvernement une menteuse professionnelle : ça doit être ça le en même temps."  

Du côté de La France insoumise, cette nomination passe mal également. La tête de liste aux européennes Manon Aubry a ironisé sur Europe 1 : "Je me souviens de sa déclaration qui disait qu’elle assume mentir pour protéger le président de la République (…) elle est plutôt bien adaptée à la fonction qu’on lui demande, je pense qu’elle trouvera toute sa place dans ce gouvernement". 

Sous un tweet posté dimanche après sa nomination et dans lequel Sibeth Ndiaye explique que son "nouveau job" consiste en "vous informer et expliquer ce que fait le gouvernement pour votre quotidien", de nombreux commentaires font allusion à ces "casseroles", et doutent de sa parole avant même qu’elle ait commencé à exercer sa mission.

Interrogée sur ces propos lors de son premier compte rendu de Conseil des ministres, elle a de nouveau nié avoir déclaré cela. "Les paroles auxquelles vous faites référence sont des paroles qui ont été sorties de leur contexte, qui ont été tronquées. Elles visaient à protéger la vie privée du président de la République dans un moment de vie personnelle, c'était ma fonction à l'époque". De quoi redonner du crédit à sa parole ?

Quel rôle a-t-elle joué pour tenter d'excuser Alexandre Benalla ?

Rappelons également que Sibeth Ndiaye est celle qui avait posté sur Twitter la vidéo d'Emmanuel Macron évoquant le "pognon de dingue" que coûtent les aides sociales. Elle est également citée dans l'article du Monde expliquant "comment l’Elysée a fait diffuser un montage vidéo trompeur pour tenter d’excuser Alexandre Benalla". 

En vidéo

Tweet de Sibeth Ndiaye : les propos d'Emmanuel Macron sur les aides sociales font polémique

Si elle n'a pas elle-même organisé la diffusion de la vidéo censée dédouaner en partie Alexandre Benalla via des comptes militants, elle a pris en main, avec Ismaël Emelien, ancien conseiller du président de la République, la cellule "riposte". C'est elle également qui une fois la vidéo mise en ligne, oriente certains journalistes vers le compte sur laquelle elle est diffusée. "Va voir un compte qui s'appelle @FrenchPolitic. Tu verras que Benalla n'est pas celui qu'on dit", lance-t-elle aux reporters présents à Périgueux pour couvrir un déplacement d'Emmanuel Macron. Ces derniers lui demanderont-ils des comptes, maintenant qu'ils l'auront face à elle tous les mercredis ? Rien n'est moins sûr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter