Solère, Lemoyne, Danjean... qui pour remplacer Ferrand, Goulard... et de Sarnez ?

DirectLCI
GOUVERNEMENT - Après les départs de deux poids lourds du gouvernement - la ministre des Armées Sylvie Goulard et le ministre de la Cohésion des Territoires Richard Ferrand - le remaniement qui ne devait être que "technique" sera finalement plus important que prévu.

Richard Ferrand lundi, Sylvie Goulard mardi, Marielle de Sarnez et François Bayrou mercredi. En trois petits jours, le gouvernement a perdu un quart de ses membres. De quoi transformer ce qui devait être un remaniement "technique", avec l'ajout de quelques secrétaires d'Etat, en réorganisation d'ampleur au plus haut sommet de l'Etat. Les postes à remplir sont les suivants : ministre de la Cohésion des Territoires, ministre des Armées, ministre chargée des Affaires européennes et ministre de la Justice.


Emmanuel Macron et Edouard Philippe devront viser juste pour trouver le remplaçant du Béarnais. En effet, le (ou la) futur(e) garde des sceaux devra à la fois prendre le relais du projet de loi pour rétablir la confiance dans la vie démocratique, mais aussi maîtriser les dossiers pénitentiaires et de lutte contre le terrorisme. Des dossiers dont François Bayrou s'était rendu compte, selon nos informations, qu'il ne les maîtrisait pas. De quoi raccourcir son séjour Place Vendôme.

Qui pour les remplacer ?

Pour faire leur entrée au gouvernement, plusieurs noms circulent : celui de Jean-Pierre Raffarin, président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des forces armées du Sénat, et qui avait rendez-vous avec le président ce mardi à 17h. Il a fini par "remercier" ceux qui lui avaient prédi ce futur ministériel, précisant qu'il avait "d'autres projets".

Le nom d'Arnaud Danjean eurodéputé LR spécialiste des questions de sécurité et de Défense, est également dans toutes les bouches. Joint par LCI, ce dernier n'a pas donné plus d'informations sur sa possible nomination, il a seulement expliqué que son nom avait été soufflé par Sylvie Goulard pour présider "la commission de la revue stratégique" pendant l'été pour "une mission de trois ou quatre mois pour fixer les grandes orientations de défense. On verra si cela tient avec son ou sa successeur(e)". 


Jean-Jacques Bridey, rapporteur du budget des équipements militaires et de la dissuasion nucléaire, est également pressenti. Ce proche d'Emmanuel Macron, cité pour présider la commission de la Défense à l'Assemblée, s'est affiché lundi avec le président au salon du Bourget.


Les couloirs de l'Assemblée voyaient son nom répété avec insistance. Le juppéiste Jean-Baptiste Lemoyne pourrait bien obtenir un secrétariat d'Etat. Ce mardi matin sur BFMTV, à la question de savoir s'il pourrait y avoir de nouveaux ministres ou secrétaires d'Etats issus des Républicains, Edouard Philippe avait répondu : "Ce n'est pas impossible."


A noter : Thierry Solère, député des Hauts-de-Seine Macron-compatible, a été vu sortant de Matignon en milieu de journée, mardi 20 juin. Le lendemain, il annonçait la création d'un groupe parlementaire avec les Républicains dits "constructifs", l'UDI et quelques députés indépendants. Le signe de la fin de ses ambitions ?

Parmi tous ces noms, aucune(s) femme(s). Or, s'il veut respecter la parité, le Premier ministre devra obligatoirement en nommer dans son nouveau gouvernement.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter