Un conseiller de Macron, une figure des députés LaRem, un "T-Rex" : qui sont les 6 nouveaux secrétaires d'Etat ?

"L'équipe est au complet", Castex a ses 11 secrétaires d(Etat
Politique

REMANIEMENT - L'Elysée a dévoilé le nom des onze secrétaires d'Etat, dimanche 26 juillet, qui viennent compléter le gouvernement. Parmi eux, six nouveaux visages font leur apparition. Eléments de portraits.

Parmi les six nouveaux entrants, cinq sont des députés. Dans la soirée du dimanche 26 juillet, le président de la République a publié un décret modifiant la composition du Gouvernement afin d'y nommer onze secrétaires d'Etat. Dans les rangs, quelques départs (ils étaient 17 et sont désormais 11) et une majorité d'arrivées. 

Clément Beaune, un conseiller présidentiel au Quai d'Orsay

En tout premier lieu, l'ancien conseiller de l'Elysée Clément Beaune. A 38 ans, il voit sa fidélité récompensée en étant promu secrétaire d'Etat aux Affaires européennes auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. Après sept ans auprès d'Emmanuel Macron, qu'il accompagne depuis sa nomination à Bercy en 2014, il est nommé à ce poste stratégique afin de porter les ambitions européennes du président. S'il est inconnu du grand public, c'est lui qui a activement participé au sommet européen la semaine dernière, montrant au président sa parfaite connaissance des rouages des négociations bruxelloises, et des relations personnelles qu'il a nouées dans les capitales des 27 Etats-membres depuis qu'il occupe le poste de "conseiller Europe et G20" à l'Elysée. "Il partage avec le président le même optimisme de la volonté pour construire, malgré tous les obstacles, une Europe plus forte et proactive sur la scène internationale", témoigne un diplomate auprès de l'AFP.

Promotion pour cinq députés

Si Clément Beaune était plus connu des acteurs en coulisse que du grand public, les autres arrivants sont tous des représentants de la nation. La députée de Haute-Marne Bérangère Abba sera désormais chargée de la Biodiversité, seule secrétariat d'Etat affilié au ministère de la Transition écologique (ils étaient trois auparavant). Une nomination dont elle se dit "heureuse et fière", assurant sur Twitter qu'elle travaillera "pour la préservation du vivant, la protection de la nature et de l'environnement". Une mission proche de celle qu'elle remplissait en tant que déléguée Transition Écologique de LaREM. En mai dernier par exemple, elle avait présenté un amendement refusant la taxation du kérosène des transports aériens, jugeant que la problématique devait être réglée à l'échelle européenne, afin de le remplacer par une contribution du transport aérien au financement des autres modes de transport. 

Deux autres députées, issues des rangs du centre, font leur entrée au gouvernement au ministère de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports. Nathalie Elimas, qui sera chargée de l'Education prioritaire et Sarah El Hairy pour la Jeunesse et l'Engagement. La première est élue Modem du Val-d'Oise. A 47 ans, elle s'est distinguée en juin dernier pour avoir préconisé une politique plus généreuse envers les familles, notamment en proposant d'accorder les allocations familiales dès le premier enfant. Ancienne juriste reconvertie dans l'enseignement et directrice d'école, c'est aux côtés de François Bayrou qu'elle s'est engagée en politique, pendant la campagne de 2007. 

Sa comparse du Modem est d'ailleurs l'ancienne porte-parole du parti. Agée de 31 ans, Sarah El Haïry avait ainsi été élue députée de Loire-Atlantique en 2017 sous les couleurs du MoDem, et elle siégeait depuis à la commission des finances. En novembre 2018, elle avait été rapporteure d'une proposition de loi visant à améliorer les trésoreries des associations. En juin dernier, elle a remis au gouvernement un rapport "Pour une philanthropie à la Française". Bien que députée de la majorité présidentielle, cette fille d'un couple franco-marocain n'a pas sa langue dans sa poche. Comme l'écrit Ouest-France, elle s'était fermement opposée à l'application de "traçage" des malades du coronavirus lancée par le gouvernement en pleine épidémie, dénonçant du "bricolage". 

Députée de Paris, l'habituée des plateaux télé et radio Olivia Grégoire arrive quant à elle au ministère de l'Economie en tant que secrétaire d'Etat chargée de l'Economie sociale, solidaire et responsable. Ancienne porte-parole du malheureux candidat à la ville de Paris Benjamin Griveaux, elle vient de "la droite libérale et constructive", selon ses propres mots cités par Libération. Venue des bancs de Sciences-po, où elle a a croisé l'actuel chef de l'Etat, elle a pris ses marques au sein de la majorité en tant que vice-présidente de la commission des finances et porte-parole du groupe LaREM à l'Assemblée nationale. 

Enfin, Joël Giraud fait quant à lui son entrée au ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales en tant que secrétaire d'Etat chargé de la Ruralité. Connu par les élus de la majorité pour son travail en tant que rapporteur du budget à l'Assemblée, il l'est aussi pour sa personnalité. Réputé tant pour son humour potache que pour son indépendance de vues, le "marcheur" des Hautes-Alpes se décrit lui-même comme un "T-Rex" du Palais Bourbon. A 60 ans, il est en effet un ancien haut fonctionnaire, passé par Bercy via Tracfin, organe de lutte contre le blanchiment de capitaux. Radical de gauche rallié à LaREM, il a défendu - en tant que rapporteur du budget - pèle-mêle l'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants et la taxation des "biens ostentatoires", comme les yachts, en plein débat sur la réforme de l'ISF en 2017. Celle qui fut son binôme de l'époque, Amélie de Montchalin, disait alors de lui qu'il avait "des convictions mais pas de certitudes, sauf sur quelques sujets de prédilection où c'est dur de le faire changer d'avis". 

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

Si la majorité des secrétaires d'Etat sont de nouveaux visages, d'autres semblent avoir fait leur preuve. Sont ainsi reconduits Sophie Cluzel, Jean-Baptiste Lemoyne, Cédric O, Laurent Pietraszewski et Adrien Taquet. Ce qu in'est pas le cas de deux anciennes secrétaires d'Etat : Brune Poirson et Christelle Dubos, respectivement chargées de la Transition écologique et de la 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent