Philippe, stop ou encore ? Comment Macron parle de son Premier ministre à la presse régionale

Philippe, stop ou encore ? Comment Macron parle de son Premier ministre à la presse régionale

GOUVERNEMENT - Dans un entretien accordé à la presse quotidienne régionale, à paraître vendredi 3 juilet, le président de la République salue "une relation de confiance unique" avec son Premier ministre, sans toutefois indiquer s'il restait à la tête de Matignon.

Partira, partira pas... Alors que l'exécutif prépare un remaniement ministériel pour les prochains jours, une question reste en suspense: Edouard Philippe sera-t-il toujours à la tête du gouvernement ? Un mystère que n'a pas dissipé le président de la République.

Dans un entretien accordé jeudi 2 juillet à la presse quotidienne régionale, le chef de l'État est revenu sur les rapports qu'il entretient avec le locataire de Matignon. "Depuis trois ans à mes côtés, il mène avec les gouvernements successifs un travail remarquable", salue Emmanuel Macron, faisant notamment référence à l'adoption de plusieurs réformes "dans des circonstances souvent très difficiles". Une relation "de confiance qui est d'un certain point de vue unique à l'échelle de la Ve République", estime le président. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

De l'histoire ancienne avec Édouard Philippe ? "Au contraire"

Une relation unique mais proche de sa fin ? Alors que les journalistes lui demandent si "c'est de l'histoire ancienne avec Édouard Philippe", la réponse d'Emmanuel Macron semble inciter à penser l'inverse : "Au contraire". Deux mots qui pourraient bien conforter la place du Premier ministre au sein du gouvernement mais qui ne figurent pas dans la version corrigée par la présidence de la République et envoyée aux rédactions. 

Reste que si plusieurs titres de presse ont repris la version corrigée de l'Elysée, La Voix du Nord a gardé la courte réponse du chef de l'Etat qui se garde bien d'affirmer - ou d'infirmer - le maintien d'Edouard Philippe à la tête du gouvernement. Faut-il y voir une marque de respect avant l'inévitable départ du Premier ministre pour la mairie du Havre ? Une confiance renouvelée au locataire de Matignon qu'il juge, là encore, indispensable au sein de son prochain gouvernement ? Difficile de savoir. 

Dans la version relue et validée par la présidence de la République, Emmanuel Macron revient sur sa décision, après son élection en 2017, d'avoir choisi un homme politique "qui n'a pas fait ma campagne et qui n'était pas dans ma formation politique, qui était dans la même démarche d'ouverture et de dépassement des clivages traditionnels. Ce que nous avons réussi à faire pendant trois ans, avec beaucoup de confiance et de coordination, est inédit, contrairement à ce qui a été écrit."

Lire aussi

"Une nouvelle équipe"

S'il ne donne aucune date, le président confirme à ses intervieweurs qu'un remaniement ministériel aura bien lieu prochainement et évoque notamment "de nouveaux visages, de nouveaux talents et des personnalités d'horizons différents"

"Le choix des hommes et des femmes est important mais les ambitions pour le pays sont plus grandes que nous, les institutions et leur calendrier s’imposent à nous", souligne toutefois le chef de l'Etat. À quelques heures/jours de se constituer "une nouvelle équipe", Emmanuel Macron se fixe plusieurs priorités pour les deux dernières années de son mandat à savoir le Ségur de la santé qui s'achève, la poursuite de la réforme des retraites et l'égalité des chances par l'accompagnement de la jeunesse, "les premières victimes de la crise"

Des chantiers pour les mois, et les années à venir. Alors lorsque les journalistes l'interpellent sur 2022, le chef de l'Etat se refuse à "faire des calculs pour moi. Cela voudrait dire de renoncer à prendre des risques utiles pour relancer l’économie. Si on veut réconcilier sans agir, en étant un tacticien pour soi-même, c’est une faute grave."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter