Colère des magistrats, satisfaction des avocats... La nomination de Dupond-Moretti divise le monde de la justice

Colère des magistrats, satisfaction des avocats... La nomination de Dupond-Moretti divise le monde de la justice
Politique

REMANIEMENT – Nommé à la surprise générale au poste de Garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti divise déjà le monde de la justice. L’Union syndicale des magistrats dénonce une "déclaration de guerre à la magistrature", tandis que le Conseil national des barreaux salue, lui, un "geste d’apaisement envers les avocats".

Une nomination, et déjà des débats. L’entrée au gouvernement lundi au poste de garde des Sceaux de l'avocat Éric Dupond-Moretti a mis en grogne l'Union syndicale des magistrats (USM), syndicat majoritaire chez les magistrats, dans une déclaration à l'AFP. "Nommer une personnalité aussi clivante et qui méprise à ce point les magistrats, c'est une déclaration de guerre à la magistrature", a affirmé Céline Parisot, présidente de l’USM. "Il dénigre notre recrutement, notre école, notre statut", poursuit-elle sur LCI. Ce choix est "pour le moins surprenant".

"Éric Dupond-Moretti semble détester les magistrats qu'il ne se prive pas d'insulter régulièrement, il souhaite la suppression de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM), la scission du corps (siège/parquet), soit tout l'inverse de ce que porte l'USM", a-t-elle vilipendé. "Il est également plaignant à titre personnel dans plusieurs affaires et va gérer la carrière des magistrats du parquet ?", s'est interrogée la présidente de l'USM.

"Sa nomination ne peut pas être un bon signal"

"Quel est le message quand, en plus, le ministre de la Justice se trouve relégué aussi loin dans l'ordre protocolaire (en 10e position, ndlr) ? Le mépris le plus total pour la Justice", a pointé Céline Parisot. "Nous avons plutôt l‘habitude d’un ministre de la Justice entre la 2ème et la 4ème place de l’ordre protocolaire dans le gouvernement", a-t-elle rappelé sur LCI (voir vidéo en tête de cet article). "Sa nomination ne peut pas être un bon signal." Selon la présidente de l’USM, "la justice" contribue "à la paix sociale", mais "aujourd’hui, nous avons l’impression que la justice a perdu beaucoup de son importance".

Le Syndicat de la magistrature (SM, classé à gauche) s'est lui dit "interpellé par (le) signal" de la nomination de l'avocat pénaliste. "On s'interroge un peu par rapport à ses dernières déclarations sur le parquet national financier (PNF) et sur certains magistrats", a expliqué à l'AFP Lucille Rouet, secrétaire nationale du SM.

Lire aussi

Fin juin, Éric Dupond-Moretti avait qualifié de "méthodes de barbouzes" les investigations du PNF, qui ont épluché ses factures téléphoniques détaillées ("fadettes"), comme celles de plusieurs autres avocats, pour tenter d'identifier la "taupe" qui aurait pu informer Nicolas Sarkozy qu'il était sur écoute. Le SM sera "très vigilant sur la place des institutions et l'attention à la magistrature", a ajouté Lucille Rouet.

"De bonne augure qu’un confrère soit nommé Garde des Sceaux"

Le ton est tout autre du côté des avocats. "Cette nomination est un geste d'apaisement envers les avocats", s'est félicité Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux qui représente les 70.000 avocats français. "Depuis Robert Badinter, aucun avocat du judiciaire n'avait été nommé garde des Sceaux", a noté Estellia Araez, présidente du Syndicat des avocats de France (SAF, gauche). "Il est de bon augure qu'un confrère qui a toujours défendu les libertés (...) et qui a participé au combat contre la réforme des retraites soit nommé Garde des Sceaux", a-t-elle ajouté.

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

Pour Anticor, la nomination d'Éric Dupond-Moretti est par contre "un très mauvais signal pour l'éthique et pour les associations anti-corruption".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent