Eric Dupond-Moretti : ces propos chocs qui lui reviennent comme un boomerang

Eric Dupond-Moretti : ces propos chocs qui lui reviennent comme un boomerang
Politique

ACQUITTATOR - Eric Dupond-Moretti est le nouveau garde des Sceaux du gouvernement Castex. Très médiatique, il s'est toujours fait remarquer par ses propos chocs et ses positions tranchées.

À peine nommé, il fait déjà débat. Surnommé "l’Ogre du Nord" ou "Acquitator", le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti, désormais garde des Sceaux du gouvernement Castex, a plus d’une fois heurté certains par ses propos. Le nouveau ministre de la Justice, qui a assuré mardi lors de sa prise de fonction "ne faire de guerre à personne", est en effet connu pour ses prises de position très tranchées. 

Il y "a aussi des follasses qui racontent des conneries"

Plus d’une fois, le nouveau ministre de la Justice s’est exprimé sur les violences faites aux femmes. Harcèlement de rue, consentement, mouvement #Metoo...  Concernant la loi de 2018 sur le harcèlement de rue mise en place par Marlène Schiappa, il avait ainsi déclaré que la législation n’a "pas à se mêler de ça". Sur le mouvement #Metoo, il avait affirmé dans le magazine GQ qu'il y "a aussi des follasses qui racontent des conneries et engagent l’honneur d’un mec qui ne peut pas se défendre, car il est déjà crucifié sur les réseaux sociaux ". Des propos pour lesquels il avait été accusé de remettre en cause la parole des victimes. Il avait poursuivi en se demandant : "Comment fait-on pour rouler un patin aujourd’hui ? On adresse un courrier recommandé AR et on attend la réponse ?". 

En 2018, pendant l'Affaire Daval, il avait pris la parole sur l'utilisation et surtout l'utilité du terme "féminicide" : "Le féminicide serait un nouveau crime ? Alors si c’est une femme qui tue un homme, c’est quoi ? Un 'andricide'.

Le Parquet national financier et ses "méthodes de barbouzes"

Fin juin, après les révélations de l'hebdomadaire Le Point sur les investigations menées par le Parquet national financier dans "l'affaire des écoutes" impliquant Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog, dans lesquelles il a découvert que ses factures téléphoniques détaillées ("fadettes") avaient elles aussi été épluchées, le pénaliste avait porté plainte contre X. Il s'était alors emporté, accusant le PNF de  "méthodes de barbouzes". À peine quelques heures après sa nomination, le nouveau garde des Sceaux a retiré sa plainte. 

Lire aussi

La magistrature, une "institution de faux-culs"

Eric Dupond-Moretti n'a jamais pris de gants avec la magistrature. Dans une interview au Monde en 2012, il critiquait ainsi une "institution de faux-culs, petit monde de l'entre-soi et de l'irresponsabilité". Après sa nomination au ministère de la Justice, les réactions ont fusé, l'Union syndicale de la Magistrature allant jusqu'à y voir une "déclaration de guerre".

"Le FN n'est pas un parti républicain, il faut l'interdire"

Le pénaliste a régulièrement pris à partie l'extrême droite. En 2015, au micro de France Inter, Eric Dupond-Moretti avait déclaré que "le FN n'est pas un parti républicain, il faut l'interdire". Marine Le Pen n'a pas tardé à réagir à son entrée dans le gouvernement Castex en le qualifiant sur Twitter de "militant d'extrême gauche qui souhaite l'interdiction du RN" (Rassemblement national). 

Mais ses relations ne sont pas seulement tendues avec l'extrême droite. En septembre dernier, pendant le procès de Jean-Luc Mélenchon pour "rébellion" et "acte d'intimidation" lors d'une perquisition du siège de LFI, les deux hommes avaient eu de vifs échanges. “Vous réglerez vos comptes ailleurs !”,  avait lancé aux deux hommes le vice-président du tribunal.

En vidéo

Dupond-Moretti conseille à Mélenchon de se calmer et d'aller boire "une camomille"

Le Blackface de Griezmann "peut-être de mauvais goût" mais "pas maladroit"

En 2017, le très populaire footballeur Antoine Griezmann partage une photo de lui déguisé en basketteur des années 80 et recouvert de peinture noire. L'image fait le tour du web et attire les critiques de nombreux internautes qui accusent le footballeur de "Blackface". 

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

Invité sur le plateau de France 5, Eric Dupond-Moretti n'hésite alors pas à prendre sa défense en déclarant que "c'est peut-être de mauvais goût, mais ce n'est pas maladroit".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent