Remaniement : trois choses à savoir sur Amélie de Montchalin, la nouvelle secrétaire d'Etat aux Affaires européennes

Remaniement : trois choses à savoir sur Amélie de Montchalin, la nouvelle secrétaire d'Etat aux Affaires européennes
Politique

Toute L'info sur

Le gouvernement Edouard Philippe III

REMANIEMENT - Porte-voix de la Macronie à l’Assemblée nationale, Amélie de Montchalin a été nommée dimanche 31 mars secrétaire d’Etat aux Affaires européennes. Elle avait déjà plusieurs fois été pressentie pour entrer au gouvernement par le passé.

A 33 ans, Amélie de Montchalin a été choisie pour être la nouvelle secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, à l'occasion d'un remaniement ministériel. Elle remplace Nathalie Loiseau, désormais tête de liste LaREM aux élections européennes. Une promotion qui vient récompenser le travail accompli depuis son élection à l’Assemblée nationale.

Voir aussi

N°2 des députés LREM

Elue députée de l’Essonne en juin 2017, Amélie Montchalin n’avait jamais exercé de mandat politique auparavant. Ce qui ne l’a pas empêché de se rendre rapidement incontournable au sein du groupe LaREM à l’Assemblée. Comme cheffe de file des commissaires LaREM aux Finances, elle s'est illustrée lors du premier marathon budgétaire du quinquennat, alliant expertise et défense politique des choix de l'exécutif, au point d'être saluée même par les oppositions.

En lice pour prendre la tête des plus de 300 députés LaREM en septembre dernier, elle arrive à la troisième place (mais en tête des femmes candidates), et est ensuite choisie par Gilles Le Gendre comme première vice-présidente.

Son nom était régulièrement cité lors des différents remaniements. Cette fois ça y est, la voilà au gouvernement.

Lire aussi

Venue de la droite

Amélie de Montchalin, Lyonnaise de naissance, est issu d’une famille nombreuse "d'agriculteurs nomades", selon sa formule.

Son CV va des grandes écoles à la banque et l’assurance : HEC, Harvard, économiste à BNP Paribas, prospective et suivi des politiques publiques chez Axa jusqu'aux législatives.

Côté politique, sans être encartée à droite, la nouvelle secrétaire d’Etat a été un temps pendant ses études assistante de Valérie Pécresse, appréciée comme "un modèle" de techno devenue femme politique. Elle enverra des notes pendant la primaire à Alain Juppé pour "sa vision réformiste et humaniste". Avant finalement de rejoindre Emmanuel Macron pour son "engagement européen". 

"En mission"

Mère de trois jeunes enfants dont des jumeaux, Amélie de Montchalin est une catholique pratiquante, qui défend "une laïcité de liberté". Elle a rejoint, "au début de sa vie étudiante", "la grande famille jésuite", comme elle le racontait dans un discours en 2017 en Belgique. 

Discours dans lequel elle expliquait : "J'ai répondu à un appel en janvier - pas de l'Ange Gabriel, mais d'un certain Emmanuel (...) mi-apeurée, mi-curieuse et sentant qu'il y avait beaucoup à apprendre (...) à sortir d'un chemin professionnel et familial prenant certes mais plutôt confortable et bien tracé (...) Comme quand les pères Jésuites sont envoyés en mission, loin et différemment de leurs attentes". 

Aux Affaires européennes aujourd’hui, elle s'est fixé pour "mission" de "continuer de mettre en oeuvre le projet européen du président de la République" (tweet ci-dessus). Elle promet de désormais "mobiliser toute (son) énergie à appliquer ce projet sur le terrain, dossier par dossier, pour apporter des solutions concrètes aux Français".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent