Remaniement : Nicolas Sarkozy, l'une des éminences grises d'Emmanuel Macron ?

Politique
BONS CONSEILS - Nicolas Sarkozy a pris sa retraite de la politique nationale. Pour autant, depuis l'intronisation d'Emmanuel Macron jusqu'à l'actuel remaniement, l'ancien président de la République ne se montre pas avare en conseils au chef de l'Etat ou à ses ministres.

Officiellement, il a quitté la scène politique et vogue vers d'autres horizons. Officieusement, Nicolas Sarkozy n'a jamais disparu totalement du paysage, en particulier depuis l'élection d'Emmanuel Macron en mai 2017. Ses bureaux, rue de Miromesnil, à Paris, ont vu passer ces derniers mois bon nombre de responsables politiques, qu'ils fussent LR ou bien affiliés à la Macronie.


Depuis un an et demi, Emmanuel Macron lui-même a eu l'occasion, à plusieurs reprises, de consulter l'ancien chef de l'Etat, auquel il a eu l'occasion de rendre hommage. Dernier échange en date : un déjeuner, organisé la semaine dernière, lors duquel les deux hommes ont parlé du remaniement en cours, conséquence du départ accéléré de Gérard Collomb pour Lyon. Un membre du gouvernement a confirmé à LCI que, lors de cette rencontre, Nicolas Sarkozy avait défendu la nomination de Jean Castex au poste de ministre de l'Intérieur. Castex, actuel maire LR de Prades (Pyrénées-Orientales) et... ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée sous Nicolas Sarkozy. 

Rien de si nouveau, en réalité : après l'élection d'Emmanuel Macron, ce dernier n'avait pas tenté de dissuader une autre figure de la Sarkozie, Gérald Darmanin, d'entrer au gouvernement. 

Echanges récurrents

Depuis la dernière élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a été sollicité de nombreuses fois par les membres de son ancienne famille politique, à commencer par le président des Républicains, Laurent Wauquiez. Mais il a aussi prodigué aussi généreusement ses conseils aux membres de l'exécutif, en particulier à ceux issus de la droite. Dès le mois de juillet 2017, le couple Sarkozy avait été convié par Emmanuel Macron et son épouse à un dîner à l'Elysée. 


L'ancien chef de l'Etat a par la suite été consulté par son ancien directeur de campagne, Gérald Darmanin, actuel ministre des Comptes publics, ou encore le secrétaire d'Etat (ex-LR) Sébastien Lecornu. "Quand on a la chance d'être ministre à 31 ans et de partagé une amitié avec Nicolas Sarkozy, évidemment qu'on écoute ses conseils", avait d'ailleurs assumé ce dernier auprès du Parisien. Un autre exfiltré du parti LR, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a eu l'occasion d'échanger avec l'ex-Président. Des entrevues qu'Emmanuel Macron n'a manifestement pas tenté de décourager. 

S'ils veulent me voir, me demander mon avis, c'est mon devoir de leur donnerNicolas Sarkozy

Même le très juppéiste Edouard Philippe a pris soin de recevoir l'ancien chef de l'Etat, en juillet dernier, à l'occasion d'un déjeuner à Matignon. En présence, là encore, de Gérald Darmanin. L'ancien locataire de l'Elysée semble y trouver son compte. "J'estime que dans ma fonction s'ils veulent me voir, me demander mon avis, c'est mon devoir de leur donner", avait expliqué en petit comité Nicolas Sarkozy, selon des propos rapportés alors par Le Figaro

Au risque de crisper, malgré tout, le premier cercle de LaREM. L'hypothèse de voir débarquer un proche de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur ferait déjà hurler certains députés LaREM, selon un proche du chef de l'Etat. D'autant qu'après le départ de Gérard Collomb, et avec le remaniement prévu cette semaine, la Macronie risque de sortir affaiblie au sein de l'exécutif. La composition du nouveau gouvernement dira, in fine, quel est le poids des bons conseils du docteur Sarkozy. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Un remaniement qui vire au casse-tête

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter