Face à Richard Ferrand, favori contesté, trois femmes candidates au perchoir

Politique
REMANIEMENT - Avec la nomination de François de Rugy au ministère de la Transition écologique, la présidence de l'Assemblée nationale se libère. Si Richard Ferrand s'est immédiatement manifesté et fait figure de grand favori, des voix s'élèvent pour réclamer l'accession d'une femme au perchoir. Trois candidates sont désormais en lice.

Le perchoir est libre. Avec l’arrivée de François de Rugy ce mardi 4 septembre au ministère de la Transition écologique et solidaire, la présidence de l’Assemblée nationale est à pourvoir. Et Richard Ferrand, actuel président du groupe La République en marche (LaREM), n'a pas perdu de temps, se positionnant immédiatement comme candidat au poste. 

Richard Ferrand, favori contesté

Proche d'Emmanuel Macron, l’élu de 56 ans, qui n'a jamais caché son souhait de devenir le quatrième personnage de l'Etat, attendait déjà ce poste pour la mi-mandat. Comme promis, François de Rugy devait en effet quitter la présidence de l’Assemblée nationale au bout de deux ans et demi. Mais le mandat de celui-ci ayant pris fin subitement, les choses se sont précipitées, poussant Richard Ferrand à se positionner. "Il est excellent et il le veut très fort", confie à LCI un membre du gouvernement, selon qui le député du Finistère connaît d'ailleurs "chaque membre de la majorité par son prénom".


Quoi qu’il en soit, le chef de file des députés LaREM devra d'abord passer par un vote interne, qui devrait avoir lieu mardi 10 septembre à l'occasion des journées parlementaires de la majorité à Tours. Le scrutin final impliquant tous les députés aura, lui, lieu le 12 septembre, date du début de la session extraordinaire de l'Assemblée. 

Au moins trois députées candidates

L'ancien - éphémère - ministre de la Cohésion des territoires n'est pas le seul à lorgner sur cette place prestigieuse. Parmi les intéressés : Yaël Braun-Pivet, députée des Yvelines et présidente de la commission des Lois, qui a rapidement fait savoir qu'elle se voyait elle aussi au perchoir. Un intérêt dont a également fait part sa collègue iséroise Cendra Motin, actuellement vice-présidente de l'Assemblée. 


Dernière en date, l'écologiste Barbara Pompili (LaREM) a officialisé mercredi sa candidature après avoir dit y "réfléchir". 

Au sein de la majorité, des voix s'élèvent contre une élection qui semble gagnée d'avance pour Richard Ferrand. Ainsi, le député LaREM François Lambert appelle à soutenir la candidature de Barbara Pompili au nom de l'écologie et pour qu'une femme accède au perchoir. 


Déjà en juin 2017, Christophe Castaner, alors porte-parole du gouvernement, faisait valoir que le choix d'une femme à ce poste serait "un symbole fort". Un avis partagé par Emmanuel Macron lui-même. Quelques jours avant la nomination de François de Rugy, le chef de l'Etat avait indiqué qu’il apprécierait l’élection d’une députée au poste de présidente de l'Assemblée nationale. Une décision d’autant plus symbolique que jamais une femme n’a occupé le perchoir au cours de la Ve République.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Démissions de Hulot et Flessel : le gouvernement remanié

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter